Covid-19 en Afrique : Le taux de mortalité dépasse le taux mondial

Le directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies s’est prononcé ce jeudi 4 février 2021 sur le taux de mortalité de Covid-19 en Afrique qui, selon lui, « devient très inquiétant ».

La suite après cette publicité

« Malheureusement, en Afrique également, 93 000 personnes sont mortes des suites de la COVID-19, ce qui représente un taux de létalité de 2,6 %. Le taux de mortalité global est donc de 2,2 %. Le taux de mortalité continental est de 2,6 %. Cela vous montre clairement (…) que le taux de létalité devient très inquiétant car il dépasse désormais le total mondial. Avant, c’était l’inverse. Au cours de la première vague, le taux de mortalité était d’environ 2,2 %, et il est maintenant de 2,6 % », a rapporté John Nkengasong, le directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies ce jeudi 4 Février 2021.

L’Afrique du Sud, le Soudan et dix-huit (18) autres pays du continent africain ont des taux au-dessus à la moyenne mondiale avec cette nouvelle vague de Coronavirus qui est en définitive plus meurtrière que la première en Afrique.

« Il y a tout juste deux semaines, le président sud-africain Cyril Ramaphosa, avait annoncé que nous avions obtenu 270 millions de doses de vaccins. C’est ainsi que nous mettons en place le processus et les systèmes. Vous m’avez entendu dire que 16 pays ont exprimé leur intérêt, qu’ils ont soumis des demandes et que ces discussions auront lieu. Nous espérons que dans les deux ou trois prochaines semaines, ils devraient recevoir leurs vaccins, car il s’agit d’une urgence. Mais je vous tiendrai au courant. Et, bien sûr, notre priorité est de veiller à ce que ces vaccins soient livrés en temps utile pour que les pays puissent commencer à vacciner. Mais je ne peux pas donner de date précise à laquelle les vaccins seront disponibles » a déclaré John Nkengasong.

La variante 501Y.V2 déclarée pour la première fois en Afrique du Sud est apparue au Botswana, au Ghana, au Kenya, aux Comores, en Zambie et dans 24 nations non africaines.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : Africanews

publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. Naturellement quand on sait qu’il y’a une sous notification des cas du fait que les gens ne se font pas dépister comme en occident, c’est normal que le taux de mortalité reste élevé quand on sait que le dénominateur est faux. Arrêter vos manipulations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page