Guerre en Casamance (Sénégal) : Silence autour du bilan

L’assaut lancé par les forces armées sénégalaises contre les bases majeures du front sud du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) ont tourné en faveur des hommes missionnés par Dakar après avoir contraint les rebelles à se replier plus à l’ouest en vue de reconstituer de nouvelles bases. Caractéristique principale de cette guerre est le grand silence qui l’entoure. La presse reste sans sources tant du côté de l’Etat sénégalais que de la rébellion.

La suite après cette publicité

L’armée sénégalaise a étrillé le mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) par d’intenses bombardements de trois de ses bases indépendantistes, le mardi 02 et le mercredi 03 février 2021.

Ce jeudi 04 février, ce fût au tour de Sikoun et de ses fromagers géants d’essuyer les tirs à l’artillerie lourde de l’armée sénégalaise. Sikoun est considéré comme le sanctuaire où les rebelles casamançais  se préparent mystiquement et abrite l’Etat-major du commandant Adama Sané. Ses occupants après avoir abandonné cette base se sont repliés plus à l’ouest.

L’armée sénégalaise sort donc victorieuse de cette pesée mais les rebelles ont promis continuer le combat vaille que vaille.

La question qui se pose à l’état actuel des choses est de savoir si les militaires sénégalais auront les moyens de sécuriser le retour au bercail des personnes déplacées et maintenir sa position sur les terrains conquis.

L’armée sénégalaise mène depuis une dizaine de jours des opérations militaires de « sécurisation » face aux indépendantistes de Casamance qui luttent depuis 1982 pour l’indépendance de la région méridionale du Sénégal.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : Rfi

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page