Éducation nationale au Burkina Faso : Les acteurs examinent les rapports des activités de l’année écoulée

Pr Stanislas Ouaro, ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, a procédé à l’ouverture du premier conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) au titre de l’année en cours ce jeudi 18 mars 2021 à Loumbila.

La suite après cette publicité
Pr Stanislas Ouaro, ministre en charge de l’éducation nationale

Le  conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) du MENAPLN se tient du 18 au 19 mars 2021 à l’école nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Loumbila. Ce premier  CASEM de l’année sera axé sur l’examen de validation du rapport des activités, les rapports annuels de performance, les programmes budgétaires et du rapport d’évaluation de la performance des structures.

Les participants à la rencontre

Le ministre en charge de l’éducation nationale a souligné le CASEM est une nécessité et un cadre d’échange approprié pour son département afin d’atteindre des résultats probants. « À la date du 31 décembre 2020, le taux global de réalisation de nos activités est de 82,52 points « , a fait noter le ministre.

Il a poursuivi en indiquant que ces résultats sont en baisse de 8,28% par rapport à ceux de l’année 2019 à la même période. « Cette contre performance pourrait s’expliquer, entre autres, par le démarrage tardif des activités de l’année, retard essentiellement dû à la survenue de la maladie de Covid-19 qui a occasionné une paralysie des activités en début d’année. Toutefois, il faut  constater que les efforts ont été fournis afin d’atteindre ce résultat avec la révision du programme d’activités initial que nous avons faits en juin 2020« , a expliqué le ministre de l’éducation nationale.

Il a par ailleurs indiqué que l’essentiel des activités a été réalisé. « Au cours des cinq dernières années, les résultats en termes de bilan d’exécution des activités au titre du plan d’action a été satisfaisant. En effet, le taux d’exécution est passé de 94% en 2016 à 82,52 % en 2020. Mais avec un pic de 90,80% en 2019« , a-t-il confié.

Stanislas Ouaro a relevé que nonobstant les résultats engrangés, il reste beaucoup d’efforts à consentir pour relever les défis auxquels fait face le système éducatif burkinabè. « En effet, plusieurs indicateurs fixés dans le document de projet annuel de performance 2020-2022 n’ont pas été atteints à cause de la crise sanitaire et sécuritaire », a-t-il affirmé.

Pour ce qui est de ces indicateurs, le ministre Ouaro évoque, entre autres, le taux brut de scolarisation au primaire est passé de 88,8% en 2019 à 86,6% en 2020. Celui du post-primaire est passé de 50,55 % en 2019 à 49,3% en 2020.

Willy SAGBE

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page