Terrorisme au Sahel : Le Burkina Faso et le Niger lancent l’opération conjointe « Taanli »

Le Burkina Faso et le Niger mènent depuis le 10 juin 2021 une opération conjointe dénommée « Taanli ». L’objectif est de sécuriser la bande frontière entre les deux pays.

La suite après cette publicité
Des officiers burkinabè et nigériens dans un PC conjoint © Etat major général des armées

L’opération mobilise plusieurs centaines d’hommes des deux armées. Les forces terrestres et aériennes sont engagées sur le terrain pour reconnaître, boucler, fouiller et ratisser dans les localités concernées par l’opération, notamment les régions Sahel et Est, pour ce qui concerne le Burkina Faso. Les points triples Burkina Faso-Mali-Niger et Bénin-Burkina Faso-Niger sont aussi couverts. 

Des soldats burkinabè dans un village à la frontière avec le Niger © Etat major général des armées

L’objectif de cette « alliance » des forces (c’est d’ailleurs la signification du nom de l’opération « Taanli » en langue goulmancéma),  est de protéger  les populations et leurs biens, sécuriser  la bande frontalière entre le Burkina Faso et le Niger, affirmer l’autorité des Etats,  rétablir  la cohésion sociale, renforcer la coopération entre les deux pays, contribuer au retour des services étatiques dans les zones frontalières et créer  un environnement propice au développement socio-économique. 

Déploiement d’une unité nigérienne © Etat major général des armées

Plus d’une centaine de terroristes neutralisés 

Les soldats mettent aussi un point d’honneur à créer un climat de confiance avec les populations.

Des soldats nigériens au contact des populations civiles © Etat-major général des armées

« L’évolution de la menace a rendu vulnérables les populations civiles qui sont devenues des cibles des terroristes. C’est pourquoi l’un des objectifs majeurs de l’opération TAANLI est de protéger et de rassurer les populations. Les militaires burkinabè et nigériens, dans chaque localité traversée, vont à la rencontre des populations pour s’enquérir de leurs préoccupations« , peut-on lire dans le document servant de base de communication de l’opération.

Des moyens roulants de terroristes saisis et détruits © Etat major général des armées

Après plus de deux semaines d’opérations, des résultats ont déjà été engrangés, selon l’état-major général des armées burkinabè. Plus d’une centaine de terroristes ont été neutralisés et du matériel a été récupéré, notamment des moyens roulants et des matériaux servant à la fabrication d’engins explosifs improvisés. 

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page