Burkina Faso : Miryam Tyassing présente son livre au « Carrefour d’échange »

Dans le cadre de ses activités, le Centre de recherche action Anndal Institute a organisé ce vendredi 25 juin 2021, son 1er carrefour d’échange trimestriel à Ouagadougou. A cette occasion, Miryam Tyassing a été l’invitée d’honneur. Elle a présenté et défendu son œuvre littéraire intitulée, « Mali, Château de cartes. Témoignage ». Cette initiative de Anndal Institute vise à contribuer au renforcement de la gouvernance politique et économique à travers des travaux de recherches et des actions concrètes sur la base des résultats de recherches.

La suite après cette publicité

« Carrefour d’échange » est un cadre d’échange organisé par le Centre de recherche action Anndal Institute dans le but de recevoir tous types d’intellectuels pour présenter une œuvre artistique, un ouvrage littéraire ou scientifique. Ce cadre constitue un lieu de partage de productions intellectuelles, sur des sujets bien déterminés.

Pour cette présente rencontre, les débats se sont focalisés sur le livre de Miryam Tyassing  paru aux éditions sahéliennes en version française. Ce livre intitulé « Mali, Château de cartes. Témoignage » parle de la situation sécuritaire au Mali, mais surtout fait comprendre les enjeux de l’instabilité au Mali et les liens avec le Sahel.

Dans ce livre, l’auteur explique son vécu au Mali, depuis son arrivée, en lien avec la crise dans ce pays sur la base des développements historiques et des conversations avec ses amis et des connaissances maliennes. Selon Miryam Tyassing, il y a une déconnection des « élites avec les populations ». Aussi, la communauté internationale n’a pas toujours une vue assez précise. Et pour changer la donne, selon l’auteur, c’est entre autres, écouter les premiers acteurs concernés par la crise et ne pas négliger la culture.

Miryam Tyassing : « J’ai vu le Mali s’effondrer devant moi »

« Je suis arrivée au Mali le 1er juin 2012. Deux heures après mon arrivée la rébellion s’est déclenchée. Deux mois plus tard, il y a eu le coup d’Etat. J’ai vu le Mali s’effondrer devant moi, bien que le Mali était l’exemple en Afrique de l’Ouest de la démocratie et de stabilité. Donc, j’ai voulu comprendre auprès des Maliens pour voir quel était leur point de vue.

Au début, la conclusion était qu’il y a trop de corruption, trop de népotisme, ça n’allait pas. J’ai compris plus ou moins qu’il y a une déconnexion entre les élites et le reste de la communauté. Ça m’a fait réfléchir sur le système politique, aux élites qui ne font pas attention aux besoins de la population ».

Au cours de ce carrefour d’échange, le livre de Miryam Tyassing a été discuté par deux personnalités universitaires burkinabè, à savoir le docteur Abdoul Karim Saidou et le docteur Kassem Sourwema. Des points essentiels tels que les éléments d’analyses aux points institutionnels de l’Etat, la question de la décentralisation sur la crise et de ses solutions  ont été passés en revue.

D’après Kassem Sourwema, enseignant chercheur à l’Université Thomas Sankara, ce livre donne un autre regard sur comment la crise est vécue. « L’Etat dont vous parlez, il n’existe que sur façade, que sur papier. Le fait de la déconnexion dont vous parler ne nous est pas tombé du ciel. C’est un choix volontaire que nous avons fait en se disant que si on prend la langue que l’autre nous a apportée, c’est plus facile », a expliqué Kassem Sourwema.

En rappel, Anndal Institute est un centre de recherche action, s’intéressant aux questions de gouvernance politique notamment de démocratie participative, d’engagement politique de la jeunesse et de développement économique endogène.

Wendyam Kady Melica BELOUM (Stagiaire)

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page