Burkina Faso : Les nouveaux défis du mouvement politique Soleil d’Avenir

Le mouvement politique, Soleil d’Avenir, a effectué sa rentrée politique ce samedi 17 juillet 2021, à Ouagadougou. cette rentrée a été officiellement faite au cours d’une rencontre de concertation des acteurs du parti, dans le but d’installer de nouvelles bases pour les années à venir. 

La suite après cette publicité

Après plusieurs concertations pour apporter sa touche à la résolution des crises que traverse le Burkina Faso, c’est aujourd’hui, samedi 17 juillet 2021, que le mouvement politique Soleil d’Avenir a effectué sa rentrée politique. 

Cette rencontre de lancement du parti dans l’arène politique a consisté en un cadre de réflexion autour du thème « les défis de la classe politique burkinabè ». A ce titre, plusieurs panels entrant dans cette dynamique ont dépeint le décor de cette assise.

« Il y a lieu de réfléchir sur ces défis, parce que la politique ça sert à réfléchir sur les problèmes politiques. Aujourd’hui il y a vraiment des problèmes concrets à régler entre autres les questions de sécurité, de cohésion, de réconciliation nationale, les défis de développement », a clamé le président du parti, le Pr Abdoulaye Soma. 

« Nous avons un déchirement politique et social »

Selon le président, il faut un renouvellement de la classe et cela en intégrant les jeunes dans les décisions primordiales. « Cette génération est aux commandes depuis la révolution. Il nous faut le renouvellement de génération, en liant les deux générations, dans cette classe politique. Quand on nomme un jeune à un ministère, cela n’a pas trop d’intérêt si ses décisions sont approuvées par la génération ancienne. Il faut des jeunes au poste primaire comme la primature pour un renouveau politique », a-t-il dit.


Concernant la question de la réconciliation nationale, le président du parti a indiqué que des rencontres sont prévues entre son parti et le gouvernement . «  C’est pour dire que cette question est l’une de notre préoccupation. Aujourd’hui nous avons un déchirement politique et social. Donc le défi de la concordance politique et sociale est l’une de nos plus grandes préoccupations. Il y a des parties du Burkina qui ne se sentent pas Burkinabè, il faut que cela change», a-t-il déploré.

Soleil d’Avenir a, pour l’occasion, fait le bilan de ses activités. Pour le président, celui-ci est satisfaisant de part les résultats engrangés malgré que son parti soit nouveau sur la scène politique. « Je ne suis pas content de n’avoir pas gagné ces élections. Mais il faut dire que mon parti a été créé en 2019, à quelques un an des élections. Il a cas même pu participer aux élections, présenter des listes dans toutes les régions. Il a obtenu plus de 1,5% de voix, ce qui est l’un des meilleurs résultats de tous ceux qui participent pour la première fois aux élections», s’est réjoui le Pr Soma.

Ainsi dit, le Soleil d’Avenir a, pour les objectifs futurs, mis en place un conseil « gouvernemental » composé de 13 « ministres ». « Ces 13 ministres font allusion aux 13 régions du Burkina Faso. Chaque ministre aura pour tâche de résoudre les problèmes de chaque région », a conclu le chef du conseil, Balla Koné. 

Abdoul Gani Barry

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page