Gestion des ressources en eau : Le comité passe en revue le premier quinquennat

Pour la maîtrise et la gestion efficiente des ressources en eau au Burkina Faso, le ministère de l’eau et de l’assainissement a adopté un Plan National pour la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (PN-GIRE), décliné en trois phases quinquennales (2016-2020,  2021-2025 et 2025-2030). Pour sa mise en œuvre, un plan de travail et de budget est annuellement élaboré avec un comité de revue qui encadre et oriente les projets et programmes. Ce comité a tenu sa deuxième session, ce mardi 17 août 2021, à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Le comité de revue mis en place vise à opérer des meilleurs encadrements et orientations des projets et programmes du Plan National pour la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (PN-GIRE). La session du jour évaluera la fin des dernières activités du premier quinquennat, prolongé jusqu’au premier semestre 2021.

Pour ce semestre de 2021, 1098 tâches ont été élaborées. Le bilan de la mise en œuvre fait état de 500 activités entièrement réalisées, 53 partiellement réalisées soit un taux d’exécution pondéré de 49,83 % contre 40,75% à la même période en 2020.

Le bilan général du premier quinquennat affiche un taux de près de 74% avec notamment 11 indicateurs annuels sur 15 qui ont atteint leurs cibles.

Seydou Sana, représentant du secrétaire général du ministère de l’eau et de l’assainissement

Seydou Sana, représentant du secrétaire général du ministère de l’eau et de l’assainissement, se satisfait des grandes activités qui ont pu être réalisées et félicite les structures pour le résultat atteint.

« Cette année, on a eu un bon taux d’exécution par rapport au taux à la même période de l’année passée, c’est-à-dire qu’il y a une satisfaction et un certain niveau d’engagement et de  mobilisation des acteurs du terrain que nous saluons et nous souhaitons que cette action soit continue. Ce qui permettra au programme d’atteindre ses objectifs avant la fin de l’année », dit-il.

Le comité se penchera aussi bien sur le bilan de la mise en œuvre du premier quinquennat que sur le plan d’actions du quinquennat prochain (2021-2025).

Moustapha Congo, secrétaire permanent pour la gestion intégrée des ressources en eau

Et pour Moustapha Congo, secrétaire permanent pour la gestion intégrée des ressources en eau, ce plan d’actions prévoit plusieurs activités pour le semestre à venir qui marque le début du deuxième quinquennat.

Il s’agira de poursuivre le renforcement l’efficacité de la police de l’eau sur le terrain, de poursuivre la protection des ressources en eau à travers des actions de désensablement, de protection de berges, l’élaboration et le développement de schémas directeurs et d’aménagement et de gestion de l’eau pour ce qui concerne deux agences du Liptako, le Gourma et le complexe Sourou Sanou. Au titre du recouvrement de la Contribution financière en matière d’eau, il s’élargit à la base de l’assiette à travers les activités que les structures identifieront.

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page