Burkina Faso : L’ARCEP réunit les opérateurs et les consommateurs autour de la table

La Directrice de la régulation des marchés fixes et mobiles de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), Salimata Rouamba, a présidé une session de rencontre entre son institution, les opérateurs électroniques et la Ligue des consommateurs du 4 au 6 aout 2021 à Bobo-Dioulasso. Ces échanges ont permis aux acteurs de formuler des recommandations de part et d’autres pour une meilleure qualité des offres électroniques au Burkina Faso.

La suite après cette publicité

 La rencontre organisée par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) et ses partenaires a abouti à l’identification de plusieurs préoccupations. Entre autres les insuffisances au niveau des textes règlementant les missions de l’ARCEP, la multiplicité des offres de bonus et la rareté de cadres de rencontres entre opérateurs et consommateurs.

Des recommandations fortes

« Nous ressortons avec des recommandations fortes des consommateurs à prendre en compte aussi bien par l’ARCEP que les opérateurs », affirme Salimata Rouamba qui se réjouit de la franchise qui a prévalu au cours des échanges.

Cette franchise permet d’orienter les actions des opérateurs afin de mieux satisfaire leurs clients. « Avant de venir à cette rencontre, on ne se doutait pas de certaines préoccupations. Ça fait plaisir de savoir ce qu’ils veulent réellement. Parce qu’en matière de téléphonie, nous sommes dans une dynamique d’amélioration continue », renchérit la chargée du Service clientèle de Orange Burkina, Claire Ouoba.

Pour elle, l’occasion était belle pour interpeller, à leur tour, les consommateurs qui ignoraient les difficultés rencontrées par les opérateurs. « Les riverains s’opposent à l’installation d’antennes. Et nos infrastructures déjà installées sont parfois victimes d’actes de vandalisme. Si nous voulons une amélioration de la qualité du réseau, il faut que nous acceptons également les conditions requises pour le faire », rappelle-t-elle.

Pour le Président de la Ligue des consommateurs du Burkina, Dasmané Traoré, les décideurs des opérateurs électroniques devraient être là pour entendre de vive voix les préoccupations des consommateurs. « Mais tout compte fait, s’ils ont envoyé des techniciens, c’est parce qu’ils leur font confiance et qu’en conséquence, ils prendront en compte ce que ces techniciens vont leur rapporter ».

Le cri du cœur de Dasmané Traoré, président de la Ligue des consommateurs

« Chaque opérateur a des griefs. Par exemple, la musique qui est imposée aux consommateurs au cours des appels. Lorsqu’il y a une offre promotionnelle, il doit y avoir une méthode à partir de laquelle le consommateur est libre d’accepter ou de rejeter. Il y a beaucoup de jeux, de messages et de types de bonus qui nous sont imposés. Mon cri de cœur, c’est qu’ils prennent en compte ce que les consommateurs ressentent. Parce que nous au niveau de la ligue, nous recevons des plaintes et parfois, les gens s’assaillent sur nous au point où on a l’impression que c’est nous-mêmes qui sommes les opérateurs de téléphonie », a déclaré Dasmané Traoré. 

Aminata SANOU 

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso 

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page