Fada N’Gourma : Une opération spéciale de délivrance massive de CNIB lancée

L’Office National d’Identification (ONI) a poursuivi l’opération spéciale de délivrance massive de la Carte Nationale d’Identité Burkinabè (CNIB) dans la ville de Fada N’Gourma, au profit des élèves et de la communauté Rugga, ce vendredi 15 octobre 2021.

La suite après cette publicité

Lancée le 14 octobre 2021 à Tanwalbougou, l’Office National d’Identification poursuit son opération de délivrance massive de la Carte Nationale d’Identité Burkinabè (CNIB) dans les écoles aux profits des élèves de la communauté éleveur de la région de l’Est.

L’équipe de l’ONI accompagnée des autorités de la région ont sillonné les centres de collecte pour donner le top départ de l’opération. Le besoin se fait sentir. Dans les différents centres d’enrôlement, l’affluence témoigne d’une forte demande.

L’idée est de permettre à chaque élève en âge de posséder la Carte Nationale d’Identité Burkinabè. Le choix des élèves et de la communauté Rugga est justifié. « Les élèves constituent une couche sensible. Pour avoir la carte d’identité, ils sont obligés de se déplacer dans les centres de collectes de l’ONI ou dans les commissariats de district aux heures de services qui coïncident avec les heures de cours. Et cela perturbe le déroulement scolaire », a cité Aristide Béré, Directeur général de l’ONI.

Hamidou Bandé, président de l’UNRB

Ce rapprochement entre l’ONI et ces élèves vise à éviter le déplacement des élèves, chose qui perturbe leurs activités scolaires. Le complexe Mary N’Diaye est un établissement qui regorge des élèves déplacés internes.

Un site y a été installé aux profits de ces derniers. Pour Aristide Béré, cela est un clin d’œil pour « permettre aux élèves de préparer sereinement les examens scolaires et aussi se déplacer librement dans le pays ».

Aristide Béré, Dg de l’ONI

L’Association des éleveurs de la région de l’Est aussi abrite en son siège un site de collectes. L’association a salué l’initiative au vu de l’importance de la CNIB. « Si on faisait comme ça depuis, personne n’allait manquer de CNIB au Burkina. Aujourd’hui, si quelqu’un n’a pas la carte d’identité, c’est comme s’il n’est pas vivant car si tu ne l’as pas, tu ne peux pas voyager, ni voter, et tu ne peux pas aller en banque », à souligné Hamidou Bandé, le représentant de l’Union Nationale des Rugga du Burkina (UNRB).

Akim KY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page