Burkina Faso : Des infirmiers et infirmières du Centre en ordre de bataille

Le Conseil régional du Centre de l’Ordre national des infirmiers et infirmières du Burkina Faso (ONII-BF) a tenu sa 2e Assemblée régionale ce vendredi 30 octobre 2021 à Boulmiougou, un quartier de Ouagadougou. A l’ordre du jour, le bilan physique et financier des activités du premier semestre 2021 et une communication autour du thème « Contribution de l’ONII-BF à l’élaboration du RIME : Acquis, défis et perspectives pour la profession infirmière ». 

La suite après cette publicité

Le Directeur régional de la santé du Centre, Dr Thomas Ouédraogo, à l’ouverture des travaux, a exhorté à plus d’inscription au tableau de l’Ordre professionnel.

Le plan d’actions 2021, des dires de Sambo Vincent Sayaoga, Vice-président du Conseil régional du Centre de l’Ordre national des infirmiers et infirmières du Burkina Faso (ONII-BF), connait 64,29% de taux d’exécution au premier semestre 2021 ; et environ 30% des activités sont en cours de réalisation au deuxième semestre.

Il affirme cela en laissant percevoir leur volonté de réaliser toutes les activités planifiées pour cette année. Le choix du thème de la présente assemblée générale « Contribution de l’ONII-BF à l’élaboration du RIME : acquis, défis et perspectives pour la profession infirmière » est également pour lui preuve de la zone de turbulence que traverse la profession infirmière.

« En ces moments, le devenir de la profession infirmière connait des zones de turbulences en témoigne le choix du thème de la présente assemblée », a-t-il déclaré. Au cœur de cette zone de turbulence, figure en pole position la suppression du niveau conseiller.

« Au niveau de la profession infirmière, dans le nouveau Répertoire interministériel des métiers de l’Etat (RIME), qui a été adopté cette année, un niveau d’évolution, notamment le corps des conseillers de santé a été supprimé », a révélé Sambo Vincent Sayaoga.

L’autre défi à relever, en ce qui concerne la région du Centre, c’est l’inscription des infirmiers et infirmières au tableau de l’Ordre professionnel.

« Pour un effectif estimé à 3 500 infirmiers dans la région du Centre, nous avons 67,29% de ce personnel qui exerce dans la légalité au premier semestre de 2021 ; soit un total de 2 353 inscrits au tableau de l’Ordre au 30 juin », a indiqué M. Sayaoga en laissant de même entendre qu’il compte sur l’accompagnement des autorités sanitaires de la région et sur l’engagement de tous les infirmiers afin que l’exercice de la profession infirmière soit légale pour tous dès le premier trimestre de chaque année.

Pour le Directeur régional de la santé du Centre, Dr Thomas Ouédraogo, également patron de l’assemblée régionale, la principale raison qui peut expliquer ce taux d’inscription, c’est la méconnaissance de l’existence de l’Ordre et la méconnaissance des textes fondamentaux qui doivent régir la fonction dans laquelle ils appartiennent parce que, dit-il, normalement à la sortie de la formation, l’ensemble des textes vous oblige à vous inscrire à un Ordre professionnel si l’Ordre professionnel existe pour exercer le métier.

A la question de savoir ce que fait la Direction régionale du Centre pour faire évoluer les statistiques, M. Ouédraogo répond : « L’Ordre est une structure autonome et la Direction régionale ne fait qu’accompagner. C’est l’Ordre qui doit organiser l’inscription avec la collaboration des autorités du ministère de la santé ».

En mettant en avant la sensibilisation, pense-t-il, l’intérêt de s’inscrire aux Ordres professionnels peut être compris. « Il va falloir qu’on fasse une sensibilisation pour que les gens puissent comprendre l’intérêt de s’inscrire aux Ordres professionnels », a-t-il dit.

L’Assemblée régionale est une instance statutaire qui se tient semestriellement. Elle se veut non seulement un moment d’évaluation des performances, mais aussi un cadre de renforcement des compétences des membres. Le district sanitaire de Boulmiougou, plus grand de la région du Centre, compte 42 Centres de santé et de promotion sociale (CSPS).

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page