Partenariat public privé/Décentralisation et participation citoyenne II : Halte, bilan !

Ouverture ce jeudi 4 novembre 2021 à Ouagadougou d’un atelier bilan sur le Partenariat public privé (PPP) dans les collectivités partenaires du programme Décentralisation et participation citoyenne (DEPAC), phase II. Après environ quatre années de mise en œuvre, il sera question de dresser le point des résultats obtenus et de tirer les leçons pour améliorer les processus en cours conformément à la règlementation en vigueur.

La suite après cette publicité

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme Décentralisation et participation citoyenne (DEPAC), phase II à travers le consortium GEDES-ACADES-CAGECT (GAC) et avec l’accompagnement de la coopération Suisse, les communes de Koudougou, Ouahigouya, Pièla et Diapaga ont bénéficié d’un accompagnement pour identifier des projets pouvant être mis en œuvre à travers le Partenariat public privé (PPP).

Après environ quatre ans, et au regard des réformes opérées par l’Etat et des processus en cours dans les collectivités territoriales partenaires du programme, il s’avère nécessaire, comme le dit Idrissa Kindo, de la Direction générale des collectivités territoriales, présidant la cérémonie d’ouverture de l’atelier, de dresser non seulement le point des résultats obtenus, mais aussi de tirer les leçons pour améliorer les processus en cours conformément à la règlementation en vigueur.

Identifier les goulots d’étranglement liés à la mise en œuvre du PPP

« Le présent atelier a pour objet de faire le bilan de mise en œuvre du processus PPP au sein des collectivités territoriales partenaires du DEPAC », a-t-il indiqué. Plus spécifiquement, il s’agira pour ces collectivités, « de faire le point de la mise en œuvre de l’approche PPP, d’identifier les goulots d’étranglement liés à la mise en œuvre du PPP au niveau de chaque collectivité territoriale et de proposer des pistes de solutions pour la pérennisation du PPP au regard de la nouvelle loi », a-t-il cité.

Pour David Barro, coordonnateur de la Cellule d’appui à la décentralisation et à la participation citoyenne (CADEPAC), accompagnatrice des collectivités territoriales partenaires du programme à mettre en œuvre leurs priorités d’investissement inscrites dans leurs documents de planification que sont les Plans locaux de développement (PLD) et les Plans annuels de développement (PAI), c’est une satisfaction de savoir que sur une trentaine de collectivités, cinq ont pu se lancer dans l’initiative.

« Déjà, pour nous, c’est une satisfaction. Satisfaction en ce sens que les financements sont limités et du fait que cela fait partie d’un axe important du plan stratégique quinquennal de la décentralisation. C’est une satisfaction pour nous de voir que sur une trentaine de collectivités, cinq ont pu se lancer, mais il y a beaucoup d’initiatives qui demeurent. C’est à partir de ces cinq collectivités qui ont pu se lancer dans l’initiative que nous verrons comment soutenir les autres dans leur élan de trouver des financements innovants pour soutenir le développement local », a confié David Barro.

« C’est dans ce budget qu’il y a une partie qui a été allouée au PPP »

Jeanine Aicha Thiombiano/Yara, Chargée de programme à la coopération Suisse, est revenue sur le sens de la contribution de son institution au programme. « La Suisse alloue des droits de tirage aux collectivités, mais qui ne sont pas suffisants pour répondre à l’ensemble des besoins repris dans les plans locaux de développement de ces communes. C’est dans ce sens que nous avons promu le PPP en finançant la réalisation d’un guide pour orienter les collectivités et en faisant du plaidoyer pour amener l’Etat à adopter une loi », a-t-elle raconté.

Si elle fait savoir une certaine satisfaction vis-à-vis de l’adoption de cette loi, elle dit tout de même espérer que des décrets d’application seront rapidement pris pour l’opérationnaliser. « Aujourd’hui, nous sommes satisfaits que cette loi soit adoptée et on espère que des décrets d’application seront rapidement pris pour l’opérationnaliser », a-t-elle déclaré.

Le financement global du programme, des dires de Mme Thiombiano, est de 12 milliards de F CFA pour trente collectivités. Et, « c’est dans ce budget qu’il y a une partie qui a été allouée au PPP », a-t-elle précisé, avançant du même coup que le bilan du présent atelier aidera à mieux redéfinir les prochaines actions dans la phase III du même programme en termes de PPP.

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page