Burkina Faso : 80 millions de FCFA pour renforcer la résilience économique des femmes

Vingt associations et groupements féminins ont bénéficié d’un appui financier d’un coût global de 80 000 000 FCFA du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) et ses partenaires. Le soutien financier apporté aux associations féminines, s’inscrit dans le cadre du projet d’appui en faveur des pays membres du G5 Sahel pour la lutte contre le COVID-19. La remise des chèques a eu lieu ce vendredi 17 décembre 2021 à Ouagadougou. 

La suite après cette publicité

Les 20 associations et groupements bénéficiaires sont répartis dans neuf communes dans les régions du Sahel, du Centre Nord, du Nord, de l’Est et de la Boucle du Mouhoun, abritant les communautés les plus vulnérables, notamment les déplacés internes, les réfugiés et les communautés d’accueil.

Selon Maurice Azonnankpo, le représentant adjoint du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) au Burkina, le projet d’appui aux pays membres du G5 Sahel a, dans son ensemble, permis entre autres, de renforcer le système de santé avec la donation des médicaments, des ambulances, des matériels biomédicaux, d’acquérir et de distribuer des intrants agricoles et pastoraux aux populations vulnérables dans les régions les plus affectées par la crise sécuritaire.

« De façon plus spécifique, le projet, dans la deuxième des trois composantes qu’il comprend, visait à contribuer au renforcement de la résilience des communautés, à travers la mise à disposition d’un fonds compétitif destiné à appuyer des petites et moyennes entreprises locales, des activités génératrices de revenus communautaires en faveur de la production de masques de protection et autres produits entrant dans la prévention du Covid-19 », informe Maurice Azonnankpo.

Le projet est financé par la Banque africaine de développement (BAD) à plus de 20 millions de dollars. Pour Pascal Yembeline, représentant résidant de la BAD au Burkina Faso, le projet repose sur une réponse intégrée à la crise sanitaire articulée autour des priorités des plans de riposte des pays.

« Il vise á renforcer les capacités des pays du G5 Sahel à réduire la propagation du virus, appuyer la mise en place de systèmes résilients d’accès aux services de base pour les plus vulnérables et renforcer la résilience des populations vulnérables affectées par la pandémie », a-t-il ajouté.

A entendre Pascal Yembeline, le projet vise également, à booster la promotion du genre et l’autonomisation économique des femmes. « Les femmes représentent l’épine dorsale de l’agriculture burkinabè, tandis que 65,4% des activités commerciales dans l’économie parallèle sont dominées par des entreprises dirigées par des femmes. Cette remise de chèques reste une des réponses efficaces permettant d’alléger la charge financière et d’aider les femmes à soutenir leurs activités génératrices de revenus », a-t-il indiqué.

Pascal Yembeline, représentant résidant de la BAD au Burkina Faso

Les bénéficiaires ont manifesté leur joie tout en exprimant une doléance. « Nous nous engageons à réaliser nos projets avec sincérité et bon sens, avec amour et conscience, avec un esprit d’ouverture, d’équipe et d’humilité, avec beaucoup de sacrifice et de patriotisme. Nous invitons l’UNHCR et son partenaire Vétérinaires Sans Frontières (VSF-B), à nous apporter tout le soutien nécessaire pour que nous soyons des entrepreneurs modèles de demain », a laissé entendre Sabine Compaoré, représentante des bénéficiaires.

Le projet est mis en œuvre par l’UNHCR et ses partenaires (G5 Sahel, l’ONG Vétérinaires Sans Frontières), et financé par la Banque africaine pour le développement (BAD).

Akim KY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page