Droits humains : La CNDH se déploie dans le grand Ouest

Dans le but de se rapprocher des populations, la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) a procédé le vendredi 17 décembre 2021, à l’ouverture officielle de son antenne régionale pour le grand Ouest, à Bobo-Dioulasso. Autorités administratives et militaires et paramilitaires, organisations de la société civile, militants des droits humains ont effectué le déplacement pour accueillir la structure. 

La suite après cette publicité

L’antenne régionale couvre les quatre régions que sont la Boucle du Mouhoun, les Cascades, les Haut-Bassins et le Sud-Ouest. Cette représentation régionale permettra d’offrir aux citoyens de la formation et de la sensibilisation sur les droits humains, des informations en matière de recours pour leur réclamation et en d’appui conseil aux structures publiques.

Kalifa Rodrigue Namoano, Président de la CNDH

A noter que la loi donne le plein pouvoir à l’Institution centrale d’avoir des structures déconcentrées pour être efficace dans ses missions. Cependant, depuis quatre ans, après la refonte de l’Institution, elle a du mal selon son Président, Kalifa Rodrigue Namoano, de mettre en place des antennes régionales, pour des raisons d’insuffisance de ressources financières qui lui sont allouées ainsi que de ressources humaines.

« Cette situation, dira-t-il, affectait la capacité de réactivité de la Commission quant à la mise en œuvre de certains aspects de son mandat sur certaines préoccupations relatives aux droits humains au niveau local et contribuait ainsi à sa méconnaissance par les destinataires ».

Désormais donc, les populations des quatre régions couvertes par l’antenne régionale auront une facilité d’accessibilité et de saisine et surtout en favorisant la réactivité de la Commission face aux cas de violations et d’atteintes aux droits humains commises dans ces localités, par conséquent un meilleur suivi de la situation des droits humains.

Vue du bâtiment abritant les locaux de l’antenne régionale

Les autorités administratives des régions se sont réjouies de l’ouverture de cette antenne, car les défis en matière de respect de droits humains dans la zone sont aussi nombreux.

Joséphine Apiou Kouara, gouverneure des Cascades

Ce sont notamment, cite la gouverneure de la région des Cascades, Joséphine Apiou Kouara, la persistance de pesanteurs socio-culturelles, les questions de violences basées sur le genre et aujourd’hui le terrorisme. Pour elle, la contribution de la Commission est la bienvenue pour relever ensemble les défis. Elle a aussi appelé à la collaboration avec les initiatives existantes pour fédérer les actions et pour la multiplication de cette initiative dans les autres régions au regard de la situation sécuritaire que traverse le pays.

l’Antenne régionale a pour mission de mettre en œuvre le mandat de promotion, de protection et de défense des droits humains dévolu à la Commission dans son ressort territorial ;  recevoir et traiter les plaintes relatives aux cas de violations des droits humains ;  recevoir les plaintes relatives aux cas de violations complexes de droits humains, à en rassembler les informations, à constituer les dossiers et à les soumettre dans les meilleurs délais à la Commission et bien d’autres.

L’opérationnalisation de la structure a bénéficié du soutien technique et financier de l’Union européenne dans le cadre du projet «appui aux forces de sécurité des pays membres de G5 Sahel pour la lutte contre l’impunité et le renforcement de leurs liens avec les populations » mis en œuvre par l’Institut danois des droits de l’Homme au Burkina Faso.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page