Education nationale : Les acteurs réunis pour l’adoption du plan d’action et d’orientation 2022

Les acteurs du ministère en charge de l’éducation nationale, avec à leur tête, le Pr Stanislas Ouaro, se sont réunis ce jeudi 23 décembre 2021, pour adopter le nouveau plan d’action et le programme d’activités consolidées de l’année 2022 de l’éducation nationale. C’était au cours du deuxième Conseil d’Administration du Secteur Ministériel (CASEM) ordinaire de l’année 2021 dudit ministère, tenu au sein de la direction régionale de l’institut national de formation des personnels de l’éducation de Loumbila. 

La suite après cette publicité

Comme inscrit dans son programme, le ministère en charge de l’éducation nationale tient son deuxième Conseil d’Administration du Secteur Ministériel (CASEM) de l’année 2021, ce jeudi 23 décembre 2021. Il  s’agit de, au-delà de faire le bilan d’activités 2021 du ministère, d’adopter son plan d’action et d’orientation 2022.

Pour le ministre en charge de l’éducation nationale, Pr Stanislas Ouaro,  au cours de l’année 2021, son département a enregistré  plusieurs difficultés qui ont tant bien que mal, impacté les statistiques de l’éducation nationale.

« A la date du 30 novembre, on dénombre  2 923 écoles fermées soit 11,68% des structures éducatives du Burkina Faso. Affectant 424 014 élèves, ainsi que 12 478 enseignants. Le taux d’exécution du plan est de 55,61% au 30 septembre 2021 contre un taux moyen de 58,31% à la même date en 2020 », a-t-il énuméré.

A l’entendre, certes tout n’est pas « rose », mais des efforts ont été consentis pour le retour à la «  normale » des activités éducatives sur le territoire national. « A la date du 30 novembre 2021, nous avons 196 établissements qui ont été rouverts au profit de 41 582 élèves. Certes, ces ouvertures ne sont pas à la hauteur de nos espoirs, mais elles constituent le symbole de la résilience du système et notre détermination à ne jamais céder », a-t-il lancé.

      Une  hausse de 24,47 milliards de FCFA pour le plan d’éducation 2022.

A ce titre, le ministre a signifié que ce deuxième CASEM est une occasion pour les acteurs de proposer des solutions pour relever des défis qui se présentent à son département. De ces défis, il a cité entre autres la réinsertion des élèves dans les établissements, l’ouverture de plusieurs établissements notamment le lycée Philippe Zinda Kaboré, le maintient d’un dialogue constructif avec tous les acteurs et l’ensemble des partenaires du système éducatif.

« Aujourd’hui,  nous allons adopter ces deux documents de suivis des activités de l’année 2022. Je voudrais donc vous inviter à un examen sans complaisance des contenus des projets de plan d’action et de programme d’activités consolidé 2022 qui vous sont soumis afin, non seulement, de vous assurer que les principales priorités sont prises en compte, mais également de faire des amendements pertinents », a insisté le ministre.

Le ministre Pr Stanislas Ouaro

Pour information, pour  la mise en œuvre des activités d’éducation au titre de l’année 2022, le financement global du plan action du ministère est porté à 581,01 milliards de FCFA contre 556,54 milliards de FCFA en 2021, soit une hausse de 24,47 milliards de FCFA.

Abdoul Gani BARRY

Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page