L’Association des jeunes de l’Union africaine (AJUA) prête à accompagner le MPSR

Les membres de l’Association des jeunes de l’Union africaine (AJUA) se sont réunis en Assemblée générale (AG) ordinaire ce samedi 12 février 2022 à Ouagadougou. A l’ordre du jour, le bilan des activités menées au cours de l’année 2021 et la définition d’une feuille de route pour l’année 2022.

La suite après cette publicité

Après des activités menées au cours de l’année 2021, l’Association des jeunes de l’Union africaine (AJUA), à l’instar d’autres organisations, a décidé de marquer une halte afin de faire un bilan. Selon le Secrétaire général (SG), les activités ont essentiellement consisté en la présentation de l’association.

Souleymane Mandé, SG de l’AJUA, présentant l’ordre du jour de l’AG

« L’association a été créée en avril 2021. Donc, nous n’avons pas eu l’occasion de faire beaucoup d’activités. Nous avons juste essayé de présenter l’association à différents jeunes », a fait savoir Souleymane Mandé, Secrétaire général (SG) de l’AJUA.

Cette AG ordinaire sera également l’occasion de définir la feuille de route de l’année 2022 de l’association. « C’est en 2022 que nous commençons réellement les activités en faveur de la population. Nous allons alors essayer durant cette AG de définir les activités à mener pour l’année 2022 », a-t-il dit en sus.

Actualité oblige, l’AJUA dit soutenir le pouvoir du Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba. « Nous sommes derrière le président actuel, parce qu’avec la question d’insécurité, je pense que c’est le souhait de tout un chacun de voir la sécurité revenir au pays. Nous lui souhaitons beaucoup de courage et beaucoup de réussite dans sa nouvelle tâche », a laissé entendre le SG.

Photo de famille comprenant quelques membres de l’association.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            L’AJUA se montre de même ouverte à toute collaboration pouvant permettre un retour sécuritaire et une paix au Burkina Faso. « Pourquoi pas ? On a des doyens avec nous, je pense que ces personnes auront certainement des choses à proposer à la transition », a réagi M. Mandé à la question d’une possible collaboration avec le gouvernement de transition du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR). Souleymane Mandé a par ailleurs lancé un appel aux jeunes à adhérer à l’association afin de permettre au continent africain de « rayonner » auprès des autres continents.

La mission première de l’AJUA est de promouvoir le développement des pays membres de l’Union africaine. Elle s’engage aussi dans la sensibilisation, dans la promotion de l’éducation des enfants et de la démocratie dans les pays membres.

L’association est actuellement présente au Burkina Faso et au Mali. Elle travaille à étendre sa présence dans les autres pays membres de l’UA. Au Burkina, l’on compte 30 membres. Et au Mali, 25 membres. Pour adhérer à l’AJUA, il faut être Africain (e) et être dans la tranche d’âge de 18 à 45 ans.

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page