Guerre en Ukraine : Des pays africains optent pour l’abstention à l’ONU, le Burkina Faso décide de ne pas voter

publicite

Malgré les pressions exercées par l’Union européenne d’une part et la Russie d’une autre, plusieurs Etats du continent africain préfèrent prendre leur distance quant à toute condamnation ou encore toute approbation de la guerre en Ukraine. Ils exhortent plutôt les belligérants à la négociation. Par contre, certains ministères des Affaires étrangères d’Afrique ont publiquement condamné l’invasion russe en Ukraine. Le Burkina Faso tout comme la Guinée, le Cameroun ou encore l’Éthiopie ont délibérément décidé de ne pas voter du tout. L’Érythrée est sans surprise le seul pays africain a voté contre cette résolution. 

La suite après cette publicité

Le Kenya a été le premier pays africain a formellement condamné l’usage de la force par la Russie et le mépris de la diplomatie. A sa suite le Ghana, membre du Conseil lui aussi, a dit son soutien à « l’intégrité territoriale de l’Ukraine », tout comme le Gabon, troisième membre africain, qui a ouvertement donné son accord pour la résolution condamnant « l’agression » russe tout en appelant à un cessez-le-feu immédiat.

La motion de soutien à l’Ukraine est également venu de la Cédéao et de l’Union Africaine qui ont « condamné […] l’invasion militaire » et « exhorté » les deux parties à « un cessez-le-feu » et à des « négociations sans délais ».

Au total, ce sont 14 abstentions sur 35 pays africains qui ont été enregistrées. Il s’agit notamment du Congo-Brazzaville, de Madagascar, le Mali, le Sénégal, le Soudan, l’Algérie, l’Éthiopie ou encore l’Afrique du Sud qui se sont abstenus. Cet état de fait met en évidence l’embarras d’une partie de continent vis-à-vis de ce conflit d’autant plus que certains d’entre eux, tel que Alger, sont des alliés de longue date de Moscou, et tout dernièrement Bamako.

Selon l’Afrique du Sud, même s’il est important d’exiger le respect de la souveraineté et l’intégrité territoriale des États, la résolution ne créait pas d’environnement constructif pour les négociations. L’Afrique du Sud prône, par contre, un texte plus centré sur « la construction de ponts » entre Russie et Ukraine. « Il faut que les parties s’engagent à trouver un compromis, à construire la confiance. Mais ce texte ne permet pas cela », a décliné la représentante de la nation arc-en-ciel.

Au nombre des 28 pays africains qui ont approuvés ce texte, y figure le Bénin, la RDC, la Côte d’Ivoire, le Tchad, la Tunisie ou encore le Rwanda pour qui la souveraineté, l’indépendance de tout pays devaient être respectées. « L’escalade militaire doit cesser immédiatement », a demandé Kigali tout en rappelant la nécessité d’en recourir au dialogue comme seule instrument de sortie de crise.

Le Burkina Faso tout comme la Guinée, le Cameroun ou encore l’Éthiopie ont délibérément décidé de ne pas voter du tout. L’Érythrée est sans surprise le seul pays africain a voté contre cette résolution.

Kouamé L-.Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24 

Source : RFI 

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. Félicitations à mon pays pour cette prise de position. C’est un début d’exercice de sa souveraineté et il faut le dire, les pressions ne devraient pas nous rendre des valets de qui que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page