Transition : « L’Appel de Wemtenga » déplore la procédure de désignation des délégués dans le secteur culturel

Compte tenu des manquements observés au niveau de la sélection des délégués de l’Assemblée Législative de la Transition (ALT) dans le secteur culturel, une coalition des faitières des acteurs culturels, baptisée « l’Appel de Wemtenga », a organisé un point de presse le mardi 15 mars 2022, à Ouagadougou. Cette rencontre avait pour but de dénoncer la procédure pour la désignation des délégués, mais également apporter des propositions pour palier le problème.

La suite après cette publicité

« Nous avons décidé, les acteurs autour des ainés, de lancer une interpellation en direction de deux entités bien précises. La première c’est la Confédération Nationale de la Culture (CNC), afin que dans la désignation du délégué des hommes de culture à l’Assemblée Législative de la Transition, que cette désignation se fasse dans les règles de l’art de la démocratie…

La deuxième interpellation, c’est à l’endroit du gouvernement, des autorités de ce pays pour un maintien de la place de la culture au sein de cette Assemblée Législative de la Transition, parce que nous considérons que nous sommes un secteur important », a expliqué d’emblée Ousmane Boundaone, administrateur culturel, conseiller du président de la fédération nationale du cinéma et de l’audiovisuel.

Réunis en ce jour, le groupe dit « Appel de Wemtenga » reprochent le fait que leur organisation principale passe par les réseaux sociaux pour prendre des décisions dans des réseaux où tous les membres ne sont pas impliqués.

De ce fait, Ousmane Boundaone soutient qu’on ne peut pas utiliser les réseaux sociaux comme un cadre de décision car, les réseaux sociaux sont un cadre d’information oui, mais ne doivent pas être utilisés pour prendre des décisions qui engagent la vie de toute une nation.

Ousmane Boundaone, administrateur culturel, conseiller du président de la fédération nationale du cinéma et de l’audiovisuel

En ce sens, les membres de ce groupe ont invité le bureau de la Confédération Nationale de la Culture (CNC) à appliquer un certain nombre d’actions. « Retirer la liste des candidatures des représentants déposée auprès des autorités afin de nous permettre de designer de façon collégiale et consensuelle le représentant du secteur de la culture. Convoquer dans les meilleurs délais une Assemblée Générale extraordinaire de la CNC pour aborder cette crise de gouvernement et prôner l’entente et l’harmonie au sein de cette maison commune », a exigé le conseiller du président de la fédération nationale du cinéma et de l’audiovisuel.

Pour donc arriver à ses fins, le groupe « Appel de Wemtenga » a proposé un calendrier de travail. Déjà le 16 mars 2022 vont débuter les consultations avec toutes les parties prenantes en l’occurrence le Bureau de la CNC, les bureaux des faitières de la culture, le ministère, et les candidats annoncés.

Du 17 au 18 mars, on assistera à l’ouverture et à la clôture d’une nouvelle liste de candidatures de façon ouverte et transparente. Le 18 mars, la validation des candidatures au CENASA. Et le 21 mars marquera le lancement de la plateforme d’Appel à idées Google form ouverte à tous les acteurs culturels du Burkina.

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24 

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page