Savda Jah s’offre son premier album 100% reggae dénommé «Wékré»

L’artiste musicien burkinabè, Savda Jah a procédé à la sortie officielle de son premier album discographique intitulé «Wékré», du mooré qui veut dire éclosion en français. C’est un nouvel opus de 14 titres chantés principalement en langue nationale dans un registre reggae. 12 titres sur 14 que compte l’album ont été en live. L’artiste a eu à faire des featurings avec  trois artistes nationaux. 

La suite après cette publicité

De son vrai nom, Savadogo Daouda, il est originaire  d’Issigui, un village voisin de Ouahigouya. Il signe ainsi son inscription dans les annales de la musique burkinabè. Avec un album fort de 14 titres.

Son œuvre est baptisée «Wékré» qui signifie éclosion en français. Éclosion pour l’artiste parce que seul le travail paye, soutient-il. Il affirme être venu en musique pour travailler, imposer son empreinte à travers le reggae et faire la différence par son travail.

Savda Jah

À l’entendre, le Burkina est capable de créer de grands noms dans le monde musical surtout dans le reggae à l’image de Tiken Jah Fakoly ou de Bob Marley. Il veut d’ailleurs s’inscrire dans cette voie. «Wékré se veut être une étape décisive pour l’éclosion de la carrière d’un artiste qui rêve grand», a-t-il déclaré.

Savda Jah dit s’inspirer de sa propre vie, celle de son entourage et des autres faits sociaux. Ainsi dans son album, il y a des titres comme «Maman» où il rend hommage à sa mère. Vu la situation actuelle du pays, l’enfant d’Issigui fait également honneur aux forces de défense et de sécurité à qui, il apporte son soutien et encourage à travers un morceau titré «Hommage aux FDS».

Dans un titre, la première chanson d’ailleurs, de son album, «Kabré», Daouda Savadogo dédie cette mélodie aux ancêtres et aux mânes pour les informer sur son entrée en scène musicale et implorer leur accompagnement.« Kabré c’est pour que les ancêtres soient au courant qu’il y a un de leurs petits fils qui est en train d’arriver», a-t-il commenté.

Il y a également ce titre «peelé» où l’artiste encourage les jeunes commerçants ambulants en leur disant que demain sera meilleur. Il est lui-même passé par là, à l’écouter.

Bref, comme tous les reggaemen, les thèmes abordés par SAVDA Jah dans son œuvre visent à éveiller les consciences. Mais il va un peu loin que ces devanciers en prônant  la  cohésion sociale, la paix et l’unité.

L’album est entièrement produit par W-production, une jeune maison de production administrée par des jeunes burkinabè. L’artiste et sa maison de production ont voulu d’abord présenter l’œuvre aux hommes et femmes des médias avant d’entamer la promotion avec des concerts à travers le pays.

Après Ouagadougou, Savda Jah se rendra à Ouahigouya, sa ville d’origine, pour présenter son album à ses concitoyens du Yatenga. Le disque CD de l’album se vend au prix de 3000 FCFA. 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page