Autonomisation de la femme : Limanya réalise sa 13 ème remise de micro crédits

Le Groupement féminin Limanya a bouclé sa 13ème campagne d’octroi de microcrédits le mercredi 6 avril 2022 à Bobo-Dioulasso. Allant de 50 000 à 200 000 francs CFA, ces prêts remboursables en 11 mois sont destinés aux femmes inéligibles aux systèmes de financements habituels.

La suite après cette publicité

Elles sont une soixantaine de membres visées par cette campagne de financement organisée du 2 au 6 avril 2022 par le groupement féminin Limanya. Selon la présidente Orokia Sow/Sanon, les montants octroyés aux bénéficiaires vont de 50 000 à 200 000 francs CFA dans un souci d’inclusion des couches défavorisées à l’accès aux financements.

« A chaque campagne de financement, nous octroyons un budget de 5 millions aux femmes qui à défaut de la possession de garanties conformes se retrouvent exclues des types de financement habituels », explique-t-elle.

Faciliter l’inclusion des femmes…

Cet accompagnement destiné exclusivement aux membres du groupement a permis à 260 femmes de réaliser des Activités génératrices de revenus (AGR) dans les domaines de l’agrobusiness à travers la production, la commercialisation et la transformation de céréales et de légumes. « Le prêt m’a permis de développer progressivement mon entreprise de production de boisson locale », témoigne Jeanne Sanou, l’une des 1ères bénéficiaires de cette initiative qui a commencé en 2008 grâce à l’accompagnement des partenaires français.

Depuis lors, Orokia Sow/Sanon se réjouit des succès engrangés par Limanya. « J’ai constaté une amélioration significative des conditions de vies bénéficiaires qui ne ménagent aucun effort pour solder leurs prêts. Cela constitue un gage de l’autonomisation de la femme », apprécie-t-elle.

Orokia SOW/SANON, Presidente du Groupement feminin Limanya

Prévenir les difficultés

Toutefois, le groupement a aussi enregistré des cas de difficultés de remboursement qui sont intervenus non pas par mauvaise foi, mais plutôt à cause de certains évènements malheureux tels que les cas de décès, de veuvage et de maladie. Et c’est pour paliers ces problèmes éventuels et aussi pour assurer la prise en charge des frais de fonctionnement du groupement que les clauses prévoient un paiement supplémentaire de 10% sur chaque prêt. « Celles qui contractent le prêt sont soumises  à un remboursement mensuel de 10% du montant pendant une période de 11 mois », précise-t-elle.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page