Bobo-Dioulasso : L’Association « Destin en Main » invite les populations à soutenir les autorités de la transition 

Depuis le 24 janvier dernier, une nouvelle ère souffle sur le Burkina Faso avec l’avènement du MPSR au pouvoir. Un coup d’Etat souhaité et soutenu au départ par plusieurs Burkinabè. Près de 5 mois après ce coup de force contre le pouvoir du MPP, les populations et même les plus sceptiques reconnaissent que des efforts et pas des moindres sont consentis sur le terrain en matière de lutte contre le terrorisme. Parmi celles-ci, l’Association Destin en Main (ADM) de Bobo-Dioulasso avec à sa tête son Président, El Hadj Amadou Baba Dayo qui appelle de son vœu le peuple burkinabè à soutenir le MPSR pour la reconquête du territoire burkinabè. 

La suite après cette publicité

« Aujourd’hui, il est plus que nécessaire que la population burkinabè accompagne le MPSR et le Président du Faso dans leur mission de sécurisation du territoire ». C’est l’appel que lance le Président de l’Association Destin en main (ADM) de Bobo-Dioulasso, El Hadj Amadou Baba Dayo.

Une association qui a vu le jour en octobre 2021 sous le récépissé N°2021-001994/MATD/RHBS/PHU/HCBDLS/SG/SAGJ/BAC. Elle est composée d’opérateurs économiques, de fonctionnaires, des acteurs de la société civile et se donne pour objectif la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes, du développement socio-économique et la cohésion sociale.

Ces objectifs ne pourront être atteints dans ce climat actuel caractérisé par la crise sécuritaire qui secoue le Burkina Faso depuis sept ans. C’est pourquoi les membres de l’ADM, après avoir analysé la situation, estiment que l’heure n’est plus aux querelles politiciennes, intestines.

« Il y a donc lieu d’accompagner la transition dans sa mission de sécurisation du territoire burkinabè en renonçant aux égos, sentiments et émotions, pour apprécier objectivement la situation de notre pays », a indiqué El hadj Amadou Baba Dayo.  

Le peuple burkinabè doit accompagner le président Damiba

« Aujourd’hui, le Burkina Faso n’a pas deux présidents. Que ce soit le Président Damiba ou tout autre Président, le peuple burkinabè doit l’accompagner et le soutenir jusqu’au bout », a-t-il ajouté. « Pour la sécurisation de notre pays, il y a lieu qu’on s’unisse, sinon il sera difficile de vaincre l’ennemi commun », renchérit le Secrétaire général de l’association, Moussa Traoré. Le Président Damiba l’a dit et c’est d’ailleurs l’avis du Président de l’ADM, c’est dans les moments douloureux qu’on se doit d’être solidaires et unis.

« Sinon, si nous remettons tout en cause à chaque épreuve, on ne s’en sortira pas », soutient le Président de l’ADM. Une conviction également partagée par le Secrétaire général de l’ADM, qui du reste, appelle la population à l’éveil des consciences, car dit-il, leur contribution dans la lutte contre le terrorisme est plus que jamais nécessaire. Il en veut pour preuve la résistance farouche des populations du sud-ouest contre ces ennemis sans foi ni loi la semaine dernière.

Les communautés doivent préserver la paix et la cohésion sociale

Convaincue que cette guerre imposée au pays des Hommes intègres ne peut être réglée militairement, l’ADM invite toutes les franges de la population à travailler à la promotion de la paix et du vivre-ensemble.

Pour cette association, les communautés doivent préserver la paix et la cohésion sociale, condition sine qua non pour sortir le pays du bourbier dans lequel il est depuis plusieurs années. Quant aux politiques, l’ADM les invite à la normalisation de la situation nationale, condition indispensable pour le développement du pays.

En tout état de cause, l’ADM et son président disent prendre leur responsabilité et dénoncer toute personne de mauvaise volonté tapis dans l’ombre et tendant à déstabiliser le pouvoir du MPSR. L’ADM n’a pas de camp, insiste son président. Elle veut juste la paix au pays, précise-t-il.

A sa prise du pouvoir, le Président Damiba donnait cinq mois aux Burkinabè pour faire le bilan de la reconquête du territoire. Plus de quatre mois après, la montée en puissance des FDS se fait sentir sur le terrain. « Cependant, la recrudescence des attaques terroristes ces derniers jours ne doit pas faire douter les populations », a indiqué Amadou Baba Dayo.

Quoi qu’il en soit, l’ADM invite les autorités de la transition à toujours se rappeler des raisons qui ont prévalu à la prise du pouvoir. « Qu’elles aillent jusqu’au bout et avec le soutien des populations, nous réussirons à vaincre le terrorisme », a martelé le Secrétaire général.

Il y a lieu de revoir la coopération militaire

L’autre fait marquant de l’actualité, c’est la question de la libération de l’ex-Président Roch Marc Christian Kaboré. Depuis un certain moment des voix s’élèvent pour demander sa libération. Pour le Président de l’ADM, la libération totale du Président Kaboré ne souffre d’aucun débat. Cependant, compte tenu de son rang et du fait des responsabilités qu’il a occupées, il lui faut une attention particulière et une sécurité adaptée.

La question de la diversification des partenaires dans la lutte contre le terrorisme a également été abordée par l’ADM. Selon le Président Dayo et ses camarades, il y a lieu de revoir la coopération militaire avec certains pays notamment la France.

En effet, selon certaines indiscrétions, la France bloquerait la livraison de l’armement au Burkina Faso. Si cette information est avérée, « il est temps que les autorités de la transition se tournent vers d’autres partenaires en l’occurrence la Russie dans la lutte contre le terrorisme », pensent les membres de l’ADM.

La situation nationale est aussi marquée par la vie chère. Malgré les récentes mesures du gouvernement pour faire baisser les prix des produits de grande consommation, force est de constater que le coût des denrées reste toujours élevé. L’ADM en appelle au sens élevé de patriotisme des opérateurs économiques et de la chambre de commerce à une réelle volonté d’accompagner le gouvernement dans la lutte contre la vie chère.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page