Arrivée de Blaise Compaoré au Faso : « Laissons la justice faire son travail »

Parti en exil depuis octobre 2014, l’ex président du Faso, Blaise Compaoré, est annoncé à Ouagadougou ce 7 juillet 2022. Cette action s’inscrit dans le cadre de la réconciliation nationale. A la veille de la rencontre prévue pour le vendredi 8 juillet 2022, des militants de l’ex président ont organisé une mobilisation chaude pour accueillir leur héros.

La suite après cette publicité

Jeudi 7 juillet 2022 est annoncé comme la date à laquelle l’ex président du Faso, Blaise Compaoré devrait marquer son retour au bercail, dans le cadre du processus de réconciliation nationale, comme l’a souhaité par le président Damiba.

Depuis les premières heures de la journée, nombreux étaient à abandonner leurs tâches journalières pour prendre d’assaut l’aéroport international de Ouagadougou et ses encablures. Habillés en T-shirt CDP, d’autres quant à eux brandissaient des pancartes à l’effigie de l’ex président du CDP, bref, chacun démontrait à sa façon son amour et sa joie de revoir Blaise Compaoré dans sa terre natale. Ambiance festive, c’est ce qui l’attendait. Des militants joyeux expriment leurs sentiments.

« Blaise est avant tout un Burkinabè »

Pour Nana Thibaut, Blaise Compaoré est un militant de la paix par excellence. Ce faisant, il est important qu’il regagne son bercail pour contribuer à installer la paix au Burkina.

Lire aussi 👉👉 Blaise Compaoré annoncé à Ouaga : Mobilisation à l’aéroport international (En direct))

« Le Burkina tout entier recherche quoi en ce moment ? La réconciliation nationale, le pardon, la cohésion sociale, l’entente entre les filles et fils du Burkina Faso. C’est ça l’objectif de Blaise Compaoré. Je suis allé en Côte d’Ivoire, c’est ce qu’il m’a dit… 

A part que certains Burkinabè sont malhonnêtes, et têtus, un fils qui sort et qui revient dans son pays pour contribuer à la bonne marche du pays, quoi de miraculeux ? C’est normal, Blaise est avant tout un Burkinabè. Il a gouverné comme Maurice Yaméogo, comme Saye Zerbo, comme Sangoulé, Thomas Sankara », relate Nana Thibaut. 

Nana Thibaut

A entendre Jean Pierre Tapsoba, Blaise Compaoré a longtemps été facilitateur, donc il est temps de mettre l’eau dans le vin pour la sauvegarde de la paix au Burkina. « Nous, on est sorti pour rencontrer le grand Blaiso, le grand père.

Nous, on veut la paix, la réconciliation de tous les fils et filles du Burkina Faso, pour une paix durable. On est dans cet élan, on veut l’accueillir d’abord, lui donner l’eau. Il a été plusieurs fois facilitateur, médiateur et nous pensons que si nous, on apaise nos cœurs, la paix va revenir au Burkina Faso »,  indique-t-il.

« L’essentiel pour nous c’est la paix »

« Laissons la justice faire son travail », martèle Lassina Daya. De ses propos, il invite tout un chacun à faire montre de sagesse. « Moi je pense que la justice n’a rien à voir avec la réconciliation. On peut bel et bien se réconcilier et la justice peut après faire son travail. L’essentiel pour nous, c’est la paix, la réconciliation et la cohésion sociale », renchérit-il.

Telle était entre autre l’ambiance qui régnait dans les alentours de l’aéroport international de Ouagadougou. Dans cette euphorie, un hélicoptère traverse les airs, sous nos têtes, on entendait dans la foule certains crier, « C’est lui, c’est Blaise ».

Lui ou pas, on ne saurait donner confirmation, bien que des langues lâchent qu’il est bel et bien présent au Burkina Faso, où il a gouverné pendant 27 ans. Dès lors, le dispositif sécuritaire mis en place par les FDS a vite été plié, la foule se dispersait. Certains, déçus de ne pas voir leur héro clamaient : « On est pas contents. On voulait voir Blaise »…

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page