Destruction de ponts : Battons-nous pour nos routes aussi !

La deuxième fois aura été fatale au pont de Naré. Plastiquée une première fois dans la matinée du 30 juin dernier, l’infrastructure située sur la route nationale numéro 3 n’aura pas résisté aux explosifs, placés par on imagine qui, le 15 juillet 2022. Les images du pont éventré et celle de deux voyageurs pris au piège font depuis le tour des réseaux sociaux…

Comme si cela relevait d’un plan savamment orchestré, le même jour, le pont de Woussé sur la RN22 a lui aussi été dynamité. Résultat des courses, le convoi civilo-militaire qui devait ravitailler une fois de plus la ville de Djibo en vivres a dû rebrousser chemin.

La suite après cette publicité

On en est donc là, impossible d’entrer ou de sortir de Djibo et de Dori par la route. Et c’est tout le Sahel qui se trouve ainsi presque isolé du reste du Burkina, emprisonnant des milliers d’habitants déjà confrontés au manque des produits de première nécessité.

Les forces du Mal viennent donc de réaliser un gros coup, accentuant un peu plus leur pression sur les grandes villes et les axes stratégiques du pays. Après la RN3 et la RN22, on peut s’imaginer que les groupes armés veulent asseoir leur emprise sur d’autres routes prioritaires comme la RN1, où un poste de péage a été  déjà attaqué à Pâ dans la nuit du 3 au 4 juillet 2022, et prendre en étau les grandes villes.

Une stratégie macabre, mais contre laquelle nos braves FDS et leurs alliés restent déterminés. Il urge donc de sécuriser aussi nos infrastructures dont nos routes. Si l’armée monte en puissance, les terroristes veulent aussi démontrer qu’ils ne sont pas en reste. Le plasticage des ponts reliant le Sahel n’est pas un bon signe.

Nous ne sommes qu’à moins de deux mois de la fin de la promesse du chef de l’Etat qui avait,  le 1er avril, donné un délai de cinq mois aux Burkinabè pour un premier bilan de son action. Gageons que les FDS sauront remonter vite la pente pour reconstruire, bâtir et sécuriser notamment les routes si vitales pour les populations et même pour l’issue de cette guerre injuste !

La Rédaction

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page