Les établissements publics de l’État s’inscrivent dans la bonne gestion des finances publiques

La 23eme session de l’assemblée générale des établissements publics de l’Etat (AG/EPE) s’est ouverte à Ouagadougou ce 21 juillet 2022. Entre bilan et perspectives des différents établissements, des recommandations ont été faites pour la bonne marche de ces structures. 

La suite après cette publicité

« Contrôle interne et dématérialisation des services dans les établissements publics de l’Etat : Etats des lieux et perspectives », c’est sous ce thème que se tient la 23e assemblée générale des établissements publics de l’Etat. Parain de cette session, le premier ministre Albert Ouédraogo, a laissé entendre que cette AG offre un cadre aux responsables des EPE de rendre compte de leur gestion à l’Etat, et une feuille de route pour le gouvernement.  

« Outre l’adoption des rapports des gestions des conseils d’administrations et l’approbation des Etats financiers, l’AG offre l’occasion d’évaluer les performances réalisées par les établissements publics de l’Etat et formuler des orientations en rapport avec leur mission de service public et les priorités de la politique gouvernementale. Elle permet également d’échanger sur les difficultés d’ordres stratégiques, organisationnels, fonctionnels, techniques et financiers qui affectent les performances des EPE et de partager les bonnes pratiques à promouvoir. Elle contribue, en cela, à la mise en œuvre du 3e objectif stratégique de la feuille de route de la transition, à savoir reposer l’Etat et améliorer la gouvernance », dit-il.

Tout en félicitant les entreprises publiques d’Etat pour les résultats atteints malgré le contexte difficile marqué par la pandémie de COVID-19 et par la question sécuritaire, il les exhortent  à mettre à l’actif de l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion des différents établissements. 

Evolution enregistrée dans la mobilisation des recettes

Célestin Sanon, directeur général du trésor et de la comptabilité affirme que les EPE ont été résilients avec les efforts de mobilisation des recettes de 7% et les efforts dans la maitrise des charges avec une régression autour de 3%.

« Des points satisfaisants pour les membres de AG/EPE qui montrent que les établissements publics s’inscrivent dans le dynamisme de la rationalisation des dépenses et la bonne gestion des finances publiques.

 Les perspectives

Malgré leur satisfaction quant à la bonne gestion de finances publiques, les membres de l’AG/EPE ont noté des difficultés qu’ils rencontrent à savoir des difficultés d’ordres organisationnels, la prise en compte d’un certain nombre de dispositions règlementaires pour accompagner les établissements publics de l’Etat.

A ces difficultés, ils comptent rédiger de texte pour accompagner les structures qui évoluent, dans les zones à fort défi sécuritaire, renforcer des capacités des fonds nationaux pour la mobilisation des recouvrements des prêts octroyés pour l’assainissement des portefeuilles dans les années à venir.

Pour rappel, l’assemblée générale des établissements publics de l’Etat est un cadre annuel qui permet aux responsables des EPE de rendre compte de leur gestion à l’Etat. Cette 23e assemblée a vu la participation de 105 EPE .

 Saly OUATTARA

Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page