Journée mondiale de prévention de la noyade : « Le Burkina Faso enregistre plus de 1.000 cas de noyade par an » (Ministre Lazare Zoungrana)

La Fédération Burkinabè de Sauvetage (FBS) célèbre pour la deuxième fois la « Journée mondiale de prévention de la noyade » ce lundi 25 juillet 2022 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Le 25 juillet est consacré par l’Organisation des Nations Unies (ONU) « Journée mondiale de prévention de la noyade ». Le Burkina Faso à travers la Fédération Burkinabè de Sauvetage (FBS) n’est pas resté en marge de cette célébration. Les abords du barrage de Tanghin de Ouagadougou ont servi de cadre pour commémorer cette journée.

Lazare Zoungrana, Ministre de la solidarité nationale et de l’action humanitaire, parrain de la cérémonie

Le phénomène de la noyade est un sujet préoccupant, selon le Ministre de la solidarité nationale et de l’action humanitaire, Lazare Zoungrana qui cite le dernier rapport de l’OMS, affichant plus d’un millions deux cent mille (1 200 000) décès liés à la noyade dans le monde chaque année.

« Au Burkina Faso, nous avons plus de mille cas de noyade par an. Ces chiffres sont en deçà de la réalité, car certains facteurs comme le mauvais système de collecte et d’enregistrement de données, l’inhumation rapide pour des raisons culturelles des victimes de noyade, réduisent l’ampleur des chiffres », a-t-il indiqué.

« Ceux qui se noient sont des personnes qui ne savent pas nager »

Madi Compaoré, le président de la Fédération Burkinabè de sauvetage

Pour Madi Compaoré, le président de la Fédération Burkinabè de sauvetage, la célébration de cette journée au Burkina Fasso a pour but de sensibiliser la population sur la noyade dans un contexte d’hivernage. A travers des exercices de natations, des stimulations de noyade et de sauvetages, la fédération a profité pour s’entretenir avec la population sur le phénomène.

Il est important d’apprendre aux enfants à nager afin de minimiser les risques de noyade. « Dans la plupart des cas, ceux qui se noient sont des personnes qui ne savent pas nager », a fait savoir maitre Stanislas Naré, instructeur et membre de la FBS.

Constitué de 49 sauveteurs, la Fédération burkinabè de sauvetage est affiliée à la Fédération Internationale de Sauvetage dont le siège est en Belgique. Son effectif est insuffisant face à l’accroissement des cas de noyade.

Les activités de la fédération concernent un volet sportif et un volet humanitaire à travers les actions de secourisme. La fédération entend mettre en place des sections de sauveteurs dans les régions du Burkina Faso afin d’intervenir en cas de besoin.

Akim KY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page