Procès Ollo Mathias Kambou : Échanges houleux entre Me Prosper Farama et la Procureure

Le procès de Ollo Mathias Kambou s’est ouvert ce 16 septembre 2022. Il est inculpé pour «outrage au chef de l’État, le lieutenant-colonel Damiba». Procès au cours duquel, Me Prosper Farama et la procureure ont eu un échange houleux autour de la demande de mise en liberté provisoire de Ollo Mathias Kambou.  

La suite après cette publicité

Dès l’entame du procès de Ollo Mathias Kambou, la défense de celui-ci a demandé la mise en liberté provisoire de leur client.

Me Prosper Farama a avancé quelques arguments à cet effet. Il a évoqué des raisons professionnelles pour demander la liberté provisoire de son client. Me Prosper Farama a indiqué au juge que son client est chercheur doctorant. À ce titre, il a demandé sa libération provisoire, eu égard aux travaux, aux voyages et autres raisons professionnelles qui demandent la disponibilité de son client.

Il a ensuite fait savoir au juge que son client avant son jugement à plusieurs reprises a demandé son ordinateur pour poursuivre des travaux, mais cela lui a été refusé. L’avocat se basant donc sur ces arguments a insisté pour demander la libération provisoire de son client.

Le juge recevant la requête de Me Farama a requis l’avis de la procureure. La procureure prenant la parole a rejeté la demande de Me Prosper Farama. Elle a signifié à cet effet au juge que : « le statut du client qui nous incombe ici, c’est son statut de prévenu (pas son statut de chercheur doctorant, NDLR) ».

Le juge a donc tranché et décidé de la non mise en liberté provisoire de Ollo Mathias Kambou. Il a demandé à ce qu’une date de renvoi du dossier soit proposé par les parties.

Me Prosper Farama prenant la parole répond au juge en indiquant : « Puisque madame la procureure est pressée d’en découdre, à la plus prochaine date alors ».

Des propos qui n’ont pas du tout été du goût de la procureure qui a vivement rétorqué : « vous fantasmez Me ». Sans que la procureure ne finisse de parler, Me Farama lui dit : « Au 23 alors », « je n’ai pas peur de vous Me », réplique immédiatement la procureure.

C’est dans ces échanges houleux que le juge a rappelé tout le monde à l’ordre avant de donner rendez-vous au 23 septembre pour le procès.

Hamadou OUEDRAOGO et Willy SAGBE 

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page