Fournitures scolaires : La marge des prix ne doit pas dépasser 20%

A l’orée de la rentrée scolaire 2022-2023, le ministre du développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises, Abdoulaye Tall, a procédé au lancement de l’opération de contrôle des prix des fournitures scolaires, ce vendredi 16 septembre 2022 à Ouagadougou. Cette opération va se dérouler durant la rentrée scolaire.

La suite après cette publicité

Comme chaque année, à l’approche de la rentrée scolaire, le ministère en charge du commerce effectue le contrôle des prix des fournitures scolaires des grossistes jusqu’aux détaillants. Cette année l’opération a été lancée ce vendredi 16 septembre 2022 à Ouagadougou.

Le ministre du développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises, Abdoulaye Tall, a rappelé que l’essentiel des fournitures scolaires sont importées et le ministère est chargé au respect des textes en la matière.

Lire également 👉Contrôle des prix des fournitures scolaires : Harouna Kaboré veut « prévenir la spéculation »

Ainsi, l’équipe de contrôle était dans une librairie grossiste dans le quartier Koulouba pour faire le constat.

« Nous venons de visiter une librairie. L’objectif aujourd’hui c’est le lancement officiel des opérations de contrôle de prix des fournitures scolaires. Les équipes vont continuer à travailler sur le terrain et vont récolter des informations et des documents. Nous allons analyser et traiter conformément à la loi.

Ce sont des matières importées, il n’est pas facile pour l’Etat de fixer le prix sauf s’il faut subventionner. Ce que nous faisons c’est sur la base des documents probants y compris ceux présentés au service douanier et aux impôts, voir à quel prix ces matières ont été achetées à l’extérieur, quels sont les coûts de l’acheminement jusqu’au Burkina Faso et quelles sont les charges internes. Afin de déterminer si la marge de l’importateur (…) sont conformes aux stipulations de la loi », a indiqué Abdoulaye Tall.

lancement de l’opération de contrôle des prix des fournitures scolaires

A l’écouter, une marge est définie par la loi pour les différents acteurs à ne pas dépasser. « C’est une marge globale sur toute la chaine. Et, c’est cette marge que nous allons contrôler sur la base des documents probants qui est de 20% maximum », a précisé le ministre.

Ensuite, l’équipe de contrôle s’est déportée en face de l’Université Joseph Ki-Zerbo chez des vendeurs de fournitures scolaires en détail.

Sur place, dans la boutique le commerçant n’a pas affiché les prix des articles et ne disposait pas des factures d’achats. Sylvain Kiendrebéogo, membre du service de contrôle, a fait savoir que ledit commerçant est en infraction sur la base de n’avoir pas fait la publication des prix.

Détaillant devant l’université Joseph Ki-Zerbo

Pour lui, cette pratique est « assimilable à une pratique illicite des prix ». « La non publication des prix se cache l’intention de vendre plus cher. En plus, il ne détient pas les factures d’achats sur le site », a souligné Sylvain Kiendrebéogo.

Une convocation a été adressée au commerçant d’apporter l’ensemble des factures dans de bref délai au risque de s’exposer à des sanctions prévues par la loi. A savoir une amende de 25 000 à 500 000FCFA.

Jules César KABORE
Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page