Semaine mondiale d’action #Act4SDGs : Le CCEB échange avec des PDI de Tabtenga

Le Cadre de concertation des ONG et associations actives en éducation de base du Burkina Faso (CCEB-BF) a tenu, ce dimanche 18 septembre 2022, une assemblée populaire avec une cinquantaine de personnes déplacées internes à Tabtenga dans l’arrondissement 10 de Ouagadougou. Cela, en lien avec la tenue de la semaine mondiale d’action #Act4SDGs.

La suite après cette publicité

Dans le cadre de la célébration de la semaine mondiale d’action (du 20 au 30 septembre), le Cadre de concertation des ONG et associations actives en éducation de base du Burkina Faso (CCEB-BF) est allé à la rencontre des Personnes Déplacées Internes (PDI) à Tabtenga.

Un cadre qui a eu pour objectif de s’enquérir des conditions d’accueil ainsi que du quotidien de ces femmes et enfants déplacés internes qui ont fui leurs localités d’origine.

A ce titre, la rencontre a réuni des déplacées internes majoritairement constituées de femmes, d’enfants et de quelques hommes. A l’ordre du jour, leurs conditions de vie au sein des familles d’accueil mais aussi les difficultés qu’ils rencontrent quotidiennement.

C’est à ce sujet que ces personnes vulnérables ont évoqué « des problèmes liés à la scolarisation de leurs enfants, des difficultés de se trouver du travail pour avoir une source de revenus ainsi que des difficultés d’identification car beaucoup, dans la fuite, ont laissé derrière eux leurs papiers d’identité notamment la carte nationale d’identité burkinabè (CNIB) » comme difficultés liées à leurs situations.

« Nous sommes sans travail et nous devons payer le loyer (7500 FCFA/mois) de la maison où nous avons élu domicile depuis notre fuite (…). Nous sommes 21 personnes à habiter dans cette maison louée. Pour survivre et nous débrouiller, on ramasse des sachets en plastique que nous revendons (…) », a indiqué A.K, une PDI Originaire de Pobé Mengao.

Même son de détresse chez P.M., originaire de la même région en ces mots : « On a tenté de résister, mais à un moment donné ça nous dépassait. On a essayé de trouver refuge ailleurs (…) ». Des échanges que le CCEB-BF a salués, à travers la voix de Rayéssé Zougri pour « leur qualité pendant cette assemblée populaire ».

Cette rencontre a pris fin avec un élan de solidarité, avec des vivres constitués de neuf sacs de riz « pour soulager un tant soit peu les bénéficiaires ».

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page