Promotion des mets locaux : Le restau de « Mam Sank » excelle, selon le ministre Tall

Le ministre du développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises, Abdoulaye Tall, a visité ce vendredi 23 septembre 2022, le maquis restaurant de mets locaux de Mam Sank, à l’état civil Mariam Sankara, sis à la Patte d’oie, un quartier de la ville de Ouagadougou. 

La suite après cette publicité
Abdoulaye Tall
Abdoulaye Tall, le ministre du développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises.

Le ministre du développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises, Abdoulaye Tall, a fait savoir que sa visite au restaurant de « Mam Sank » s’inscrit dans le cadre des préparatifs du mois du consommons local.

« Nous avons pris l’initiative de visiter ce restaurant parce que nous préparons le mois du consommons local. Ce mois-là, l’idée c’est d’encourager la consommation et donc la transformation même si c’est de façon artisanale de tous nos produits locaux. Et à ce titre, ce restaurant a été sélectionné, puisqu’il œuvre et excelle dans ce domaine », a-t-il expliqué. 

A l’issue de la visite, il dit avoir fait le constat d’un restaurant qui offre effectivement des mets locaux, et à des prix abordables. « Ce que nous avons constaté, effectivement des mets locaux et à des tarifs aussi accessibles à la bourse du citoyen moyen, comparé à ce qu’on peut voir sur la place ; c’est ce que nous sommes venus aussi encourager », a indiqué Abdoulaye Tall.

Il s’est également agi pour le ministre du commerce de faire étalage de la stratégie de son département dans la promotion des mets locaux. « Pour la promotion des mets locaux, mais de façon spécifique de la consommation de nos produits, c’est d’abord encourager et appeler tous nos compatriotes à faire plus de patriotisme économique. 

C’est aussi cette initiative que nous avons avec les supermarchés et centres commerciaux, qui consiste à rendre disponibles les produits. Il y a une synergie que nous sommes en train de développer allant des producteurs aux vendeurs en passant par les transformateurs et les transporteurs… Il y aura même des récompenses qui sont prévues pour les supermarchés qui sont champions dans la distribution de produits locaux », a quelque peu décliné M. Tall.

Chez  »Mam Sank  », c’est « près de 150 plats par jour »

« Mam Sank »
« Mam Sank », à l’état civil Mariam Sankara.

« Mam Sank », à l’état civil Mariam Sankara, n’a pas caché sa joie de recevoir le ministre Tall dans son restaurant de la Patte d’oie. « Je suis émue de la visite du ministre, et je me dis aussi qu’il y a le travail qui est derrière », a-t-elle déclaré avant de faire part des motivations à la base de la mise sur pied de ce restaurant : « J’ai voulu mettre en place un restaurant typiquement burkinabè, ce qui manque d’ailleurs au Burkina ». 

Pari réussi, est-on tenté de dire, puisque le menu chez « Mam Sank » est journalièrement composé de six ou sept mets locaux. « Chaque jour, j’ai au minimum six ou sept mets locaux que je prépare, en vente et accompagnés de soupe et du riz soumbala. Il y a les fritures également », a-t-elle indiqué. 

Outre ce pari réussi, ses mets ont su attirer et retenir les clients ; ce qui lui permet de servir, si l’on en croit ses dires « près de 150 plats par jour » et de compter comme charges, « 10 employés et 4 livreurs ». Au maquis restau chez « Mam Sank », les prix des mets sont compris entre 500 et 1 000 F CFA. « 500 F CFA, ce sont les mets locaux et 1 000 F CFA, c’est par exemple pour la friture ou la soupe », a-t-elle précisé.

Si tout semble se dessiner et s’accomplir comme elle l’a souhaité il y a près de six ans maintenant, lorsqu’elle était à ses débuts, Mariam Sankara ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. L’un de ses vœux les plus chers aujourd’hui, c’est d’avoir une chaine de restaurants « Mam Sank », toujours dans le même genre

Noël Youl
Noël Youl, client habituel chez « Mam Sank ».

« Comme il est midi, je suis venu pour manger. Depuis un an, chaque midi je suis là. Le plat est délicieux et il n’est pas trop cher », a confié Noël Youl, client chez « Mam Sank », qui invite les personnes encore réticentes à la consommation des mets locaux notamment chez cette « femme battante« .

Tambi Serge Pacôme ZONGO 

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page