« Le peuple burkinabè avance à petits pas, et petit à petit, il construira une démocratie où il fera bon vivre » (Me Guy Hervé Kam)

publicite

Depuis le 30 septembre récent, l’air politique du Burkina est trouble. Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a été renversé par le capitaine Ibrahim Traoré. Depuis lors, les langues diffèrent. Maitre Guy Hervé Kam, lors du verdict du procès Kamao s’est penché sur la question.

La suite après cette publicité

« Ce qui se passe dans ce pays vous savez, c’est aussi la responsabilité de ces genres de situation en justice. Voyez-vous comment monsieur Kambou doit comprendre que la justice ne réagisse pas de tout ce qui s’est passé dans ce pays, et qu’elle ait pu réagir pour une question de liberté d’expression.

Moi je l’ai toujours dit en tant qu’avocat, en tant que citoyen engagé, les changements les plus importants de l’histoire des peuples, c’est l’engagement des populations. Et aujourd’hui, ça commencé depuis longtemps, depuis l’assassinat de Sankara, l’assassinat de Norbert Zongo, le peuple burkinabè avance à petits pas, et petit à petit, il construira une démocratie où il fera bon vivre au Burkina », s’est-t-il exprimé.

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page