La réconciliation doit être la tâche la plus urgente des nouvelles autorités, selon l’UNDD

À Ouagadougou, ce mardi 11 octobre 2022, les membres du parti politique Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD) ont apporté leur soutien aux nouvelles autorités ayant conduit le coup d’État du 30 septembre 2022. 

La suite après cette publicité

« L’appel à la transition, à la réconciliation, à la refondation, à la restauration, à la diversification des partenaires militaires, à la mobilisation transafricaine contre la recolonisation par le partage du monde en zone d’exclusivité néocoloniale… sont au nombre des points sur lesquels nous avons exprimé des positions pionnières, qui ressortent pour la plupart dans les thèmes de références et d’actions du MPSR.

Celui-ci n’ayant donc pas changé son identité ni abjuré ses principes, l’UNDD ne saurait lui marchander son soutien, car ce serait pour le parti se trahir lui-même en y alliant des crachats sur son histoire », c’est par ses mots que Me Hermann Yaméogo a justifié le soutien de son parti aux autorités du MPSR II.

Me Hermann Yaméogo, président de l’UNDD

Cependant Me Yaméogo appelle les jeunes officiers au pouvoir à s’assumer et à prendre leurs responsabilités en mains. « Nous voulons au contraire implorer la jeunesse de savoir prendre ses responsabilités, d’œuvrer à empêcher que les choses allant, l’État ne soit finalement considéré que comme une corne d’abondance que l’on conquiert par des coups d’État électoraux ou militaires », a-t-il argué.

Pour Me Yaméogo, la réconciliation doit être la tâche la plus urgente des nouvelles autorités. A l’écouter, la victoire contre le terrorisme ne pourra pas être effective si l’armée n’est pas reconciliée en son sein.

« La réconciliation, l’unité, la reconstruction de l’armée c’est cette priorité qui nous fera vaincre l’ennemi terroriste. Donc voici pour nous la première des tâches. Il ne faut pas méconnaitre que si nous sommes arrivés à cette situation, c’est à raison d’une mal gouvernance.

Si l’on veut que demain les choses aillent mieux, et si l’on veut faire en sorte qu’il y ait un legs à la génération qui permette de perpétuer un avenir sain, il faut des reformes, il faut une refondation pour qu’on ne retombe pas dans les mêmes erreurs », a-t-il conseillé.

Par ailleurs, l’UNDD a salué le rôle salvateur qu’ont joué les leaders religieux et coutumiers afin d’obtenir un accord entre les différentes parties lors des évènements.

Lire aussi 👉🏿 «La toute première des réconciliations, c’est la réconciliation dans l’armée elle-même» (Me Hermann Yaméogo) 

publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. Mon vieux, c’est parce que vous dormez tranquille. vous n’avez pas de parents qui sont obligés de se cacher pour survivre. Quelle réconciliation comme première priorité? La réconciliation vient en quatrième position après la libération et la sécurisation du territoire, la réinstallation des populations sur leurs terres, l’apurement du passif judiciaire, la réconciliation. Nous vous aimons mais n’essayez pas d’influencer négativement le pouvoir actuel. On l’a vu avec DAMIBA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page