Réseaux sociaux au Burkina : 24 jeunes en formation pour contrecarrer les fausses informations et l’extrémisme violent

Dans le cadre de la célébration de la 4e édition de la Semaine mondiale de l’éducation aux médias et à l’information (SM-EMI), Educommunic’AFRIK a démarré ses ateliers de formation dénommés Projets jeunes de l’éducation des médias et de l’information (EMI). Ces cadres d’outillages se déroulent du 24 au 26 octobre 2022 à l’ISTIC à Ouagadougou. A cette occasion, ce sont 24 jeunes, qui s’armeront de rudiments pour endiguer l’extrémisme violent et les fausses informations notamment sur les réseaux sociaux.

La suite après cette publicité

Le flux de désinformation lié au contexte sécuritaire tire la sonnette d’alarme sur la mauvaise analyse des contenus médiatiques. Fort de ce contexte, l’inauguration du projet Jeunes EMI a mobilisé au total 24 participants dont 12 filles et garçons âgés de 15 à 35 ans. Il s’agit pour eux de prendre part aux travaux de groupes, jeux, des discussions d’idées découlant des ateliers, au sein de l’ISTIC-Ecole.

Pour Malika Tissilogo, Chargé de programmes en développement des capacités à l’éducation des médias et l’information à Educommunic’afrik, « cet atelier vise à renforcer les capacités des adolescents des jeunes dans l’utilisation rationnelle et efficiente des réseaux sociaux », a-t-elle défini.

Au cours de ces trois jours, on aura deux thématiques, précise-t-elle, qui seront développées. Il est question de « Ensemble contre la haine et la radicalisation sur les réseaux sociaux » et « Médias sociaux et troubles de l’information ». Ils visent respectivement à renforcer l‘engagement et la participation positive des jeunes dans la lutte contre la radicalisation, l’extrémisme violent et le discours de haine en ligne et à les outiller à détecter et lutter efficacement contre la désinformation.

Malika Tissilogo, Chargé de programmes en développement des capacités

Selon Kassoum Kaboré, participant à la formation « Ensemble contre la haine et la radicalisation sur les réseaux sociaux » est une « bonne initiative » car la population burkinabè est de plus en plus active sur les réseaux sociaux et semblent assaillie par un bon nombre d’informations. « Grace à cet atelier de formation, je veillerai à sensibiliser mon entourage sur le contrôle des informations », a-t-il poursuivi.

Même son de cloche pour Amandine Pooda, participante à la formation « Médias sociaux et troubles de l’information ». « Au sortir de cette formation, je saurai comment utiliser les réseaux sociaux de manière efficace et éviter de propager les désinformations sur les réseaux sociaux », a-t-elle indiqué. La présente édition se tient du 24 au 31 octobre 2022 sous le thème « Nourrir la confiance, un impératif de l’éducation aux médias et à l’information ». 

Kassoum Kaboré, participant à la formation

Cette célébration portée depuis 2019 par Educommunic’AFRIK et ses partenaires dont l’ISTIC permet essentiellement de sensibiliser sur l’Education aux Médias et à l’Information.

Wendaabo Catherine Kouraogo et Jean Yves Depri (Stagiaires)

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page