Donatien Nagalo, « l’indésirable » de la nouvelle équipe gouvernementale, selon des commerçants

publicite

A peine la liste des membres du gouvernement dévoilée que des voix s’élèvent pour décrier le choix de Donatien Nagalo pour occuper le poste de ministre du Développement industriel, du Commerce, de l’Artisanat et des Petites et Moyennes Entreprises. Lors d’un point de presse ce mercredi 26 octobre 2022, le Bureau Régional de l’Economie Informelle du Centre a désapprouvé la nomination de Donatien Nagalo à qui il reproche des faits « d’escroquerie aggravée » avec sa structure syndicale, le SYNACOMB (Syndicat National des Commerçants du Burkina). 

La suite après cette publicité

La nomination de Roch Donatien Nagalo à la tête du département en charge du commerce passe très mal chez des commerçants du secteur informel de la région du Centre. Et ils ne sont pas passés par quatre chemins pour exprimer leur consternation vis-à-vis de ce qu’ils qualifient « d’erreur de casting » de la part du président de la transition et de son Premier ministre.  

Le bureau du conseil régional de l’Economie Informelle du Centre lors de la conférence de presse ce 26 octobre 2022

« Nous avons pratiquement été choqués d’entendre et de constater que le portefeuille du commerce ait été confié au sieur Nagalo Roch », s’est exprimé le Secrétaire Général (SG) du Conseil Régional de l’Economie Informelle du Centre, Harouna Kaboré.  

A l’en croire, le tout nouveau ministre en charge du commerce s’est rendu coupable de faits qu’ils qualifient « d’escroquerie aggravée » auprès des « pauvres commerçants » de Ouagadougou avec sa structure syndicale le SYNACOMB.

Harouna Kaboré,SG du Conseil Régional de l’Economie Informelle du Centre

« Il y a longtemps que des gens avaient posé des plaintes à notre niveau et au niveau de certaines autorités pour dire que monsieur Nagalo à travers sa structure syndicale le SYNACOMB, avait organisé une collecte d’argent dans les années 2015 – 2016 en vue de constituer genre une caution solidaire, pour l’autofinancement des femmes dans les marchés.

Les gens avaient eu à s’acquitter d’une facture de 22 000 ou de 32 000 pour certains, au niveau de la région du Centre et jusqu’à présent, il n’y a pas eu gain de cause. Ces gens avaient interpellé les autorités en son temps pour qu’elles interviennent pour qu’ils puissent rentrer en possession de leurs fonds, mais ça n’a pas été fait », explique Harouna Kaboré qui ne décolère pas.

« Aujourd’hui, si un nouveau gouvernement vient et que c’est ce monsieur qui va diriger un secteur aussi important que celui du commerce, c’est décevant et consternant. Et nous estimons que c’est une trahison », poursuit-il.

Selon le Bureau Régional de l’Economie Informelle du Centre, cette conférence tient lieu d’interpellation du Président de la transition et du Premier Ministre « à bien vouloir corriger cette erreur de casting qui n’honore pas les dignes fils de ce pays ». 

« Nous estimons que peut-être que le Premier Ministre et le Président ne savent pas. Voilà pourquoi nous nous sommes mis dans une démarche de les informer. S’ils veulent des informations supplémentaires, ceux qui ont eu à payer ces différentes sommes ont des reçus et nous pouvons collecter ces reçus pour les aider à voir clair dans cette affaire que nous dénonçons », a conclu le SG du Conseil Régional de l’Economie Informelle du Centre, Harouna Kaboré.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page