Burkina Faso : Le domaine entrepreneurial décortiqué pour prévenir les difficultés dans les entreprises

L’Académie Nationale des Sciences, des Arts et des Lettres du Burkina Faso (ANSAL-BF) a tenu une conférence publique ce jeudi 1er décembre 2022 à Ouagadougou autour du thème « la prévention et le traitement des difficultés des entreprises ». Le Pr Filiga Michel Sawadogo, conférencier principal, a entretenu son auditoire sur les causes et les solutions pour éviter les déroutes des entreprises. Cette conférence a pour objectif de faire prendre conscience de la problématique de l’entreprise pour y déceler des solutions.

La suite après cette publicité

Malgré les nombreuses initiatives déployées en matière de développement de l’esprit entrepreneurial, nombreuses sont les entreprises qui sont confrontées à des difficultés. Soucieux de démystifier ledit domaine, l’Académie Nationale des Sciences des Arts et des Lettres du Burkina Faso a entrepris de faire le tour sur la question avec des experts pour dégager des techniques afin de contrer les difficultés apparentes des entreprises et y trouver des solutions.

« La problématique part de l’idée que nous avons des entreprises que nous devons préserver et essayer de créer de nouvelles entreprises. Comme ça, on va vers l’accroissement de l’économie, on va vers la création de plus d’emplois et pourquoi pas le payement d’impôt et tout ça profite au pays », a indiqué dès l’entame le Pr Filiga Michel Sawadogo.

Pr Filiga Michel Sawadogo, conférencier
Pr Filiga Michel Sawadogo, conférencier

Et d’ajouter qu’il est important de préserver les entreprises qui existent car le mieux « c’est de faire la prévention ». A l’en croire, la « prévention dans le domaine de l’entreprise » consiste à prendre conscience rapidement des difficultés naissantes et de leur trouver des solutions avant que ces difficultés ne s’aggravent.

D’ailleurs, il a énoncé certaines difficultés dont les entreprises font face comme les problèmes financiers, les problèmes en ressources humaines et des problèmes sociaux. Cependant, il a fait cas des possibilités pour s’en sortir. A cet effet, le Pr Filiga Michel Sawadogo a expliqué que le droit prévoit un certain nombre de possibilités dont les procédures collectives.

« Il y en a qui essaient de régler les problèmes des difficultés naissantes et la procédure de conciliation. Le débiteur, celui qui doit à l’entreprise va essayer de s’entendre avec ses créanciers, il y a aussi le règlement préventif car on va essayer de trouver des solutions avant la cessation des paiements. Ça c’est quand la situation devient grave, l’entreprise ne peut plus payer ses dettes, ne peut pas payer ses fournisseurs », a-t-il détaillé.

Les participants à la conférence
Les participants à la conférence

Face à toutes ses difficultés, assure-t-il, le droit dispose de deux solutions dont le redressement judiciaire et la liquidation des biens. Ces deux solutions visent deux objectifs à savoir essayer de sauver l’entreprise dans toute la mesure du possible, mais essayer aussi de payer les créanciers de manière substantielle.

« Quand on parle de créancier, en réalité c’est une autre entreprise qui a des salariés, qui aussi paye les impôts et si par exemple on vous doit 200 ou 300 millions et qu’on ne vous paye pas, vous-mêmes, vous allez être en difficulté ; donc les difficultés d’une entreprise peuvent entraîner la faillite d’autres entreprises », a fait savoir le Pr Filiga Michel Sawadogo. 

Pour finir, il a exhorté la justice à jouer pleinement son rôle et à traiter les problèmes des entreprises de façon diligente et dans les brefs délais.  « Parce qu’un problème qui traine des années, c’est clair que l’entreprise ne pourra pas être sauvée et c’est clair qu’à l’arrivée, les créanciers n’auront pas un paiement substantiel de ce qu’on leur doit », a-t-il conclu.

Aminata Catherine SANOU

Burkina 24 

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page