Protection des patrimoines culturels dans le Sahel : Le Burkina Faso et le Mali mutualisent leurs efforts

Les professionnels des musées maliens, burkinabè et bien d’autres pays internationaux se retrouvent à Ouagadougou durant une semaine pour réfléchir à comment faire des musées des pays du Sahel un réel pôle d’attraction culturelle. Cette initiative qui s’inscrit dans le cadre du projet du Conseil international des musées (ICOM ALIPH) intitulé « Renforcement de la sécurité des musées dans la région du Sahel et lutte contre le trafic illicite des biens culturels: cas de vingt-deux musées au Mali et au Burkina Faso », lancée ce mardi 24 janvier 2023, entend se tenir en une semaine et cela à travers des réflexions et partages de connaissances. 

La suite après cette publicité

Plus qu’un lieu de gardiennage, les musées sont des pôles de promotion culturelle, gage de cohésion sociale. Depuis plusieurs années le Burkina Faso et le Mali sont confrontés à des crises multi dimensionnelles qui mettent à mal ces temples tant importants pour la culture et le vivre ensemble.

Au regard de ces problèmes similaires auxquels sont confrontés les deux pays, le Conseil international des musées (ICOM) à travers son projet intitulé « Renforcement de la sécurité des musées dans la région du Sahel et lutte contre le trafic illicite des biens culturels: cas de vingt-deux musées au Mali et au Burkina Faso » veut outiller les professionnels des musées pour une meilleure optimisation à travers des ateliers lancés ce mardi 24 janvier 2023.

Il s’agit concrètement, selon Sophie Delepierre, responsable de la protection du patrimoine à Paris, courant la semaine, de renforcer la sécurité dans 22 musées au Mali et au Burkina à travers des partages d’expérience et des connaissances. « On va travailler sous forme de modules. On va travailler sur la sécurisation, la documentation, la gestion de réserve, tous ces modules permettent une meilleure sécurisation, protection du patrimoine burkinabè et malien », a-t-elle expliqué.

Au regard de l’importance de ce cadre, l’activité est placée sous la coprésidence des ministres burkinabè et malien en charge de la culture. Pour celui du Burkina Faso, Jean Emmanuel Ouédraogo, ce contexte exceptionnel que connait la sous-région, traduit toute l’importance de la mise en commun de nos efforts pour la préservation, non seulement de l’intégrité de nos territoires, mais aussi pour la protection et la promotion des identités culturelles menacées.

« C’est pourquoi c’est une réelle opportunité pour nos deux pays frères de repenser et renforcer la sécurité au sein de ces temples garnis de nos trésors ancestraux. Je me réjouis donc, avec l’ensemble de mes collaborateurs, de la présence de nos voisins et partenaires venus pour la circonstance », s’est réjoui le ministre en charge de la culture burkinabè.

 Jean Emmanuel Ouédraogo

Il faut rappeler que ce projet vise à lutter contre le trafic illicite d’objets de musée dans la région du Sahel en renforçant la sécurité de 22 musées sélectionnés par l’ICOM en étroite coordination avec les comités nationaux du Mali et du Burkina Faso. Ces musées, allant de la petite échelle communautaire à l’échelle nationale, verront leurs inventaires et leurs plans d’urgence développés et leur personnel formé, selon les responsables d’ICOM Burkina Faso.

Abdoul Gani BARRY 

Burkina 24 

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page