Musique : Asta Maïla signe son retour avec « Reconnaissance » et « Ayé Wili » pour remercier et soutenir la transition burkinabè

publicite

L’artiste musicien burkinabè Asta Maïla a mis sur le marché de disques deux titres pour remercier les autorités de la transition, le mardi 28 novembre 2023. Il s’agit du titre « Reconnaissance » qui traduit sa reconnaissance au gouvernement et celui « Ayé Wili » qui est une chanson dédiée au président de la transition, le capitaine Ibrahim Traoré. Une façon pour elle de donner sa voix à l’effort de paix.  

La suite après cette publicité

« J’ai traversé des moments très difficiles et je ne savais pas que je pouvais m’en sortir et Dieu a mis le capitaine Traoré sur mon chemin. Je lui dis grandement merci, lui qui ne trie pas les Burkinabè pour aider », c’est à travers ces mots que l’artiste Asta Maïla a justifié la sortie de ces deux titres le mardi 28 novembre 2023.

Deux chansons sur le marché pour remercier les autorités de la transition. « Reconnaissance », c’est le premier titre. Cette musique chantée en langue Dioula dans un rythme reggae loue les autorités de la transition des pays suivants : Burkina Faso, Mali, Guinée et Niger. L’artiste a mis l’accent sur la paix au Burkina Faso : « L’impérialisme à bas », « le néocolonialisme, à bas »…

« C’est l’encouragement qui m’a permis de revenir au studio. J’ai vu que beaucoup de personnes avaient besoin de moi. Dieu a dit, j’ai peur d’un ingrat. Et moi je dois beaucoup à cette transition qui m’a permis de faire mon opération. Si je pouvais, j’allais même faire 12 titres, un album pour cette transition », a indiqué Asta Maïla.

« Ayé Wili », c’est la deuxième œuvre de remerciement de cette artiste. Cette deuxième chanson contrairement à la première ajoute une touche urbaine avec un style plus dansant. « Ib bée nana », « Ib arrive » c’est d’ailleurs le refrain de ce titre. Une façon de louer la bravoure du capitaine Ibrahim Traoré. « Les FDS et VDP », « on n’est pas loin de la victoire », sont également des messages véhiculés dans cette musique.

A écouter l’artiste, elle pouvait attendre être totalement sur pied pour proposer un album, mais « nous sommes en période de guerre » et l’apport de tous est demandé, d’où seulement ces deux titres pour le moment. D’autres sont en perspective toujours selon ses dires.

L’apport de la diva de la musique burkinabè Amity Meria est, à écouter l’artiste, l’un de ses soutiens en période difficile. « Ce qui m’a touchée, au début de sa maladie, elle disait ne pas vouloir exposer sa situation et qu’elle souhaiterait mourir que de le faire. Donc elle a été épaulée et elle est revenue. Elle a dit qu’il faut qu’elle fasse une chose pour remercier tous ceux qui l’ont soutenue et voilà ces deux singles », a témoigné Amity Meria.

Née dans le Kénédougou, l’artiste est une habituée de la scène burkinabè. Elle avait déjà trois albums à son actif avant sa maladie. Ces deux titres sont disponibles sur des supports USB au prix de 10.000f, dans plusieurs coins de vente notamment au BBDA.

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page