Chronique | « Blocage et vandalisme de la voie ferrée : L’autorité publique via la SOPAFER-B siffle la fin de la récréation »

publicite

Ceci est une chronique de Josué BONKOUNGOU sur l’actualité ferroviaire. 

Dans un communiqué en date du 7 décembre 2023 publié sur la page Facebook de la structure, le Directeur Général de la Société de gestion du Patrimoine Ferroviaire du Burkina (SOPAFER-B), représentant l’Autorité publique dans la gestion du chemin de fer, a tenu à prévenir « toute personne qui s’adonnerait à des actes de vandalisme contre les installations ferroviaires ou de perturbation des circulations ferroviaires, qu’elle s’expose à la rigueur de la loi, notamment aux sanctions pénales et pécuniaires prévues par la loi n° 6 – 72/AN du 22 juin 1972, portant police des voies ferrées ».

La suite après cette publicité

Cette mise en garde fait suite à une récente sortie médiatique de « personnes se présentant comme des commerçants menaçant de bloquer, dans les prochains jours, la circulation des trains marchandises et de vandaliser la voie ferrée afin d’obtenir la desserte du train voyageur entre Ouagadougou et Abidjan », précise le communiqué.

Que dit cette fameuse loi n°6-72 du 22 juin 1972 relative à la police des voies ferrées ? : Elle [ladite loi] « réprime, en son article 4, ceux qui, volontairement, auront détruit ou dérangé la voie ferrée, placé sur la voie un objet faisant obstacle à la circulation ou employé un moyen quelconque pour entraver la marche des convois ou les faire sortir des rails. S’il en est résulté un homicide ou des blessures, les coupables seront, dans le premier cas, punis de mort et dans le second cas des travaux forcés à temps ».

Doit-on comprendre que, l’Autorité, après avoir joué la carte de la sensibilisation, veut passer maintenant à une autre phase : celle de la répression, conformément aux textes en vigueur ? Nous l’espérons vivement, car ces actes d’incivisme, qui consistent à bloquer systématiquement les voies routières et ferroviaire comme moyen de revendication ne doit pas perdurer. Surtout pas dans ce contexte où le ravitaillement du pays est l’un des défis majeurs auquel font face quotidiennement nos braves autorités et forces combattantes.

Espérons que ces individus qui menacent de bloquer la voie ferrée sauront raison garder. En tout état de cause, chapeau bas à l’Autorité pour avoir pris la pleine mesure de cette situation largement dénoncée et condamnée par une grande partie de l’opinion dans les médias et sur les réseaux sociaux. Ces perturbations, outre leur impact sur la chaîne d’approvisionnement de notre pays, sont également une menace pour des milliers d’emplois liés au chemin de fer.

La récente sortie de la SOPAFER-B est donc à saluer car s’inscrivant bien dans le credo du Chef de l’Etat : « une Nation ne se construit pas dans l’indiscipline ; une Nation ne se construit pas dans le désordre ». Vivement la poursuite de cet élan de fermeté envers toutes ces personnes hors-la-loi.

Josué Bonkoungou (Editorialiste)

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page