Sénégal : L’opposition manifeste de nouveau pour réclamer une date d’élection avant le 2 avril

publicite

Sénégal – L’opposition n’en démord pas. Elle a de nouveau battu le pavé pour  réclamer une date d’élection avant le 2 avril prochain. Le Fippu, le front commun de l’opposition a mobilisé plusieurs centaines de manifestants qui ont demandé également la libération des détenus politiques dont l’opposant Ousmane Sonko.

La suite après cette publicité

Le discours de l’opposition et de ses partisans reste le même : « Macky Sall doit respecter la Constitution et quitter le pouvoir » à  la date du 02 Avril prochain marquant la fin de son mandat tel que prescrit par la constitution.

Pour eux, pas question de retenir la date du 2 Juin proposée au terme du dialogue national cette semaine ainsi qu’un éventuel intérim du Président Macky Sall, rapportent plusieurs médias sénégalais et internationaux.

Le terrain de football sur lequel s’est tenue la manifestation à Yoff, un quartier de la capitale Dakar, a refusé du monde. A l’origine de cette initiative, le Fippu, créé le jeudi 29 Janvier dernier et regroupant des coalitions de la société civile, comme le F24 ou Aar Sunu élections (« Protéger nos élections » en wolof) mais également la plupart des 19 candidats validés par le Conseil constitutionnel pour le scrutin du 25 février.

Parmi les manifestants figuraient des déçus de Macky Sall, comme Eva Diouf. « Moi je fais partie de ceux qui ont voté pour Macky Sall en 2019 mais c’est une chose que je regrette amèrement. Il vaut mieux qu’il s’en aille, c’est mieux », tranche-t-elle selon RFI.

Pour Daouda Ndiaye, candidat à la présidentielle au cœur de cette polémique, organiser une élection dans moins d’un mois et en période de Ramadan est encore possible. « Nous sommes prêts à laisser des jours de campagne. Nous ne sommes que le 2 mars aujourd’hui. Si l’élection est faite dans une semaine, c’est encore faisable », estime-t-il, faisant ainsi échos de la conviction des autres candidats venus sur place et se disant prêts à renoncer à leurs 20 jours de campagne et faire une campagne express d’une semaine pour que les Sénégalais puissent voter en mars.

Les militants du Pastef se sont également signalés à cette manifestation pour, quant à eux, demander la libération de leur leader Ousmane Sonko ainsi que de son bras droit Bassirou Diomaye Faye le candidat en lice. La libération de tous les autres détenus politiques et des partisans d’autres candidats comme Khalifa Sall ou Anta Babacar Ngom a également été exigée.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina 24 

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page