Répression en Syrie, la Ligue arabe prend des sanctions sérieuses

La Ligue arabe a adopté, le dimanche 27 novembre 2011 au Caire, des sanctions économiques d’envergure à l’encontre de Damas. Ces sanctions interviennent après que la Syrie soit restée sourde aux appels venant de toute part pour que cesse la violence et la répression sanglante engagée depuis le début de la contestation, en début d’année. Conçues par le Conseil des ministres arabes de l’Économie et des Finances et approuvées par la réunion des ministres des Affaires étrangères, ces sanctions sont purement économiques et ne devraient pas affecter la population.

La suite après cette publicité

Il s’agit de l’arrêt des relations des pays arabes avec la Banque centrale et la Banque commerciale syrienne, l’arrêt des échanges économiques, commerciaux et financiers avec le gouvernement syrien dont les avoirs dans le monde arabe seront, par ailleurs, gelés.

Les investissements arabes en Syrie sont également gelés. La Ligue arabe a d’autre part décidé d’arrêter les vols commerciaux vers la Syrie, et d’interdire aux responsables syriens de voyager dans le monde arabe.

La résolution a été adoptée par 19 pays sur 21, la Syrie étant exclue de la Ligue. L’Irak et le Liban se sont abstenus. Et c’est une première que la Ligue arabe impose des sanctions économiques aussi draconiennes à l’un de ses membres. Elle préfère gérer la crise syrienne en ‘’famille’’, au-delà de son internationalisation, et redorer son blason à elle, longtemps dégradé par les dissensions.

Déjà frappée par des sanctions américaines et européennes et isolée par la communauté internationale, la Syrie aura vraisemblablement des difficultés à se tirer d’affaire, malgré les éventuels soutiens de l’Irak, du Liban, de l’Iran ou de la Russie.

Source : rfi.fr

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page