Lettre ouverte à la SONABEL: « Notre établissement est maintenant électrifié ! »

Il y a de cela deux semaines, nous interpellions la nationale d’électricité sur une demande de branchement électrique pour le compte de notre établissement scolaire, une demande qui était restée sans suite malgré nos différents passages au Bureau local de la ZAD. Les 22 et le 28 décembre derniers,  dans les tribunes du Faso.net puis du Pays, le Département Communication et Relations Publiques de la SONABEL en guise de droit de réponse à notre interpellation a réagi afin de donner sa version des faits.

La suite après cette publicité

Nous souhaitons à travers cet écrit nous réjouir de l’initiative du service de communication relativement à l’explication fournie ; toute chose qui a permis aux lecteurs et lectrices d’avoir une version contradictoire de ce qui s’est réellement passé. Cependant, il nous impose de réagir à  la communication dont le paragraphe suivant, qui constitue d’ailleurs la substance de la réponse, nous interpelle.

« Une semaine à compter du lundi 17 octobre 2011 nous amène au lundi 24 octobre 2011. Effectivement votre devis a été édité dans notre système de facturation le 22 octobre 2011, c’est-à-dire précisément le jour où vos amis et vous êtes rentrés en Suisse. Ceci pour dire que la facture de votre branchement était donc payable à nos guichets une semaine exactement après le rendez-vous donné par l’équipe, c’est-à-dire dès le lundi 24 octobre 2011. A ce jour, ledit devis est toujours en attente de règlement afin que le branchement demandé puisse être réalisé. Nous vous invitons donc à le faire récupérer à nos guichets à la ZAD ».

A bien lire en effet entre les lignes, le service de communication semble nous faire comprendre que le devis était payable depuis le 22 octobre et donc, sa non-réception par nous est due au fait que nous soyons repartis en Suisse. Ceci pour dire finalement, que c’est l’école qui n’est pas venue chercher le devis à temps aux fins de règlement. Nous souhaitons ici porter à la connaissance du service de communication de la SONABEL que la Direction de notre établissement est passée au moins cinq (5) fois aux guichets de la ZAD, et a appelé au moins trois fois (3) votre service après le 22 octobre, soit après notre départ pour la Suisse. A chaque passage et appel c’est la même litanie : « le devis n’a pas encore été signé ».

Messieurs les responsables du service de communication, nous ne souhaitons pas perpétuer la polémique mais il convient de dire que dans cette affaire, il y a tout de même eu une mère de famille que nous avons été obligés de mettre en congés ; et il y a eu des enfants qui ont été privés de cours d’informatique pendant au moins deux mois. S’il est vrai que la facture était disponible – nous n’avons aucun moyen pour douter de votre bonne foi – et que malgré nos différents passages, le contraire a toujours été signifié, cela pose véritablement problème… et il vous faudra dès lors en aviser, bref.

En réalité, l’objet principal de cet écrit est ailleurs et pour cause, que le Directeur général de la SONABEL lui même nous a appelé le 21 décembre 2011 pour écouter attentivement notre version des faits, et nous avons profité de l’occasion pour nous exprimer longuement et même, lui donner la preuve par des noms, que  l’équipe de l’école y est passée à maintes reprises après notre départ pour la Suisse. Heureux d’avoir reçu l’appel du premier responsable de la SONABEL, et de l’intérêt qu’il a marqué pour notre action, nous voulons à travers ces lignes lui témoigner toute notre gratitude et apprécier la diligence et le professionnalisme avec lesquels il a traité notre dossier. En effet, le Directeur a écouté notre version, tout en nous indiquant que nous pourrions procéder immédiatement au paiement, et que par ailleurs, des dispositions ont été prises pour nous satisfaire le plus vite possible. Dans l’après midi du jour même de notre long entretien téléphonique, ce fut chose faite. Et dès le lendemain effectivement, les services de la SONABEL ont procédé à l’installation du branchement électrique de l’établissement. Aujourd’hui donc, l’école est électrifiée ; les enfants peuvent dès lors reprendre les cours d’informatique, et la Secrétaire, son travail.

Tout en nous réjouissant  de ce dénouement et de l’écho de notre écrit chez les lecteurs (eu égard aux nombreux appels, SMS et courriels reçus), nous apprécions une fois encore les mesures spécifiques que le Directeur général lui même nous a dit prendre, pour améliorer les prestations de ce service public. Nous n’oublions pas de remercier l’ensemble des lecteurs pour leurs encouragements et surtout, d’adresser particulièrement nos remerciements aux médias :  Faso.net, Journal le Pays, Burkina 24 ainsi que ZoodoMail, pour avoir accepté la publication de notre « coup de gueule ».

Bonne et heureuse année 2012 à tous et à toutes.

Emile Ouédraogo à Genève

publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page