Je me débrouille à Ouaga : Laveur de moto

1900 0
Jean-Marie Nacoulma. Profession : laveur de moto ! (Ph : Burkina 24)
Jean-Marie Nacoulma. Profession : laveur de moto ! (Ph : Burkina 24)

Avec la ruée des motos made in China en direction du Burkina Faso, Ouagadougou mérite plus que jamais sa renommée de capitale des deux roues. Ce qui n’est pas pour déplaire à certains jeunes gens. En effet, une race de petit boulot est en train de prendre un nouvel essor : le lavage de motos.

Jean-Marie Nacoulma, 21 ans, est l’un de ces « doucheurs » de moto. Il a quitté son Manga natal pour venir à Ouagadougou se chercher. Cela fait maintenant environ un mois qu’il a commencé ce travail. Il estime que le métier nourrit son homme.  Avec le fruit de ce travail, notre jeune débrouilleur a construit une maison pour son père.

Les dépenses de ce métier sont réduites. La moto-pompe qu’il utilise a un système qui permet d’économiser l’eau. Il utilise 2  à 3 barriques d’eau de 100 litres par jour à raison de 250 F CFA l’unité et consomme seulement un litre d’essence chaque jour.

Son seul problème, c’est le lieu où est installé son fonds de commerce. Le lieu est public et la police les déguerpit généralement.

Un autre problème que posent également les laveurs de motos sont les eaux usées issues de leur activité.  Jean-Marie dit savoir que ce n’est pas bien. Il avait envisagé creuser un puits perdu mais se disant qu’il peut être déguerpi du jour au lendemain, il a préféré s’abstenir et s’en ira sans discuter le jour où la police le lui demandera.

Mais Jean-Marie a un pneu secours. Non seulement il ira cette fois-là demander l’autorisation au propriétaire d’une parcelle non viabilisée pour s’installer, mais il continue également de servir dans une buvette de la place.

 Voilà donc une activité qui permet de lutter contre le chômage. La problématique qui se pose maintenant est de penser à trouver des cadres formels pour son exercice et une solution à l’évacuation des eaux sales.

Suivez la version video de ce reportage en cliquant ici

There are 1 comments

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article du même genre