Flux financiers illégaux : 50 milliards de dollars sortent de l’Afrique chaque année

1801 0


Flux financiers illicites
La circulation illégale de capitaux qui sévit dans la région Afrique lui fait perdre en moyenne 50 millions de dollars chaque année, selon l’Africa Progress Panel (APP) dans son nouveau rapport lancé le jeudi 8 mai 2014 à Londres.

Dans ce rapport  annuel 2014, l’organisation dirigée par l’ancien Secrétaire général de l’ONU, Koffi Annan, précise que ce montant équivaut à 5,7 % du Produit intérieur brut (PIB) de la région, le plus fort taux dans le monde entier.

Les estimations font état d’environ 50 milliards de dollars extraits de façon illégale de l’Afrique subsaharienne chaque année.

Dans le document intitulé « Céréales, pêche et capitaux : financer la révolution verte et la révolution bleue de l’Afrique », l’APP insiste en outre sur l’urgence d’une action internationale afin de mettre un terme au pillage des forêts et des océans du continent.

Le panel précise en outre que les pays d’Afrique subsaharienne perdent environ 20 milliards de dollars par an à cause de la pêche et de l’exploitation forestière illégales, plaçant cette zone en première position en termes d’importance des flux illégaux en proportion de la valeur ajoutée créée chaque année.

Si l’Afrique subsaharienne est à 5,7 %, la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA)  ainsi que l’ensemble de l’hémisphère occidentale (Amérique du Nord et Europe de l’Ouest) enregistre chacune 3,5% ; l’Asie, elle, se retrouve à 4,1% et l’Europe centrale et orientale 4,5%.

Ces pertes de capitaux entame le processus de développement du continent qui aurait pu utiliser cet argent dans des secteurs prioritaires dont les filets sociaux.

Cette situation remet encore et toujours sur la table la question de la gouvernance politique et économique des Etats de la région, et l’amalgame sur les priorités de développement du continent.

Au-delà de ces pertes enregistrées par les Etats, il faudrait interroger les fortunes individuelles et égoïstes des leaders, dirigeants et politiques africaines toujours prêts à sacrifier les intérêts sociaux et publics.

Boureima LANKOANDE

Pour Burkina 24

Source : JA

Il y a 1 commentaire

  1. Rien que de la v?rit?, pourquoi pas faire une investigation afin de demasquer ces dirigeants africains, qui sont pr?s ? clouer le peuple rien que pour leur ventre ?goiste?

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Article du même genre