Education physique et Sportive à l’école primaire : la Confejes forme des enseignants

La Conférence de la Jeunesse et des Sports de la francophonie (Confejes) souhaite relancer l’éducation physique et sportive dans les écoles primaires des pays francophones. Pour cela, elle organise une série de formation dans les pays membres d’Afrique. Pour cela, la Confejes a organisé une formation pour une trentaine d’enseignants burkinabè du lundi 18 au mercredi 20 août 2014.

La suite après cette publicité

L’éducation physique et sportive (EPS) est négligée dans les écoles primaires et en Afrique francophone particulièrement. Pour redonner un souffle à cette discipline, la Conférence des ministres des enseignements secondaires des pays francophones organise depuis le lundi 18 août 2014 et pour deux jours une session de formation à l’endroit d’enseignants d’écoles primaires du Burkina Faso. Cette formation est assurée par un expert burkinabè de la Confejes, Evrad Anaya.

Elle va se baser sur des modules théoriques mais aussi pratiques tout en initiant les enseignants à la fabrication de matériels locaux adaptés pour la pratique de l’EPS dans les écoles primaires.

L'expert de la CONFJES Evrard Ayana, le secrétaire général de la confejes Ali Harouna et le conseiller technique du ministère des sports et losiris Maurice Tapsoba espère que cette formation en EPS va révéler des talents dès la base
L’expert de la CONFJES Evrard Ayana, le secrétaire général de la confejes Ali Harouna et le conseiller technique du ministère des Sports et Loisirs Maurice Tapsoba espèrent que cette formation en EPS va révéler des talents dès la base

Evrard Anaya est revenu sur les modules qui seront enseignés à la trentaine de stagiaires : «Nous allons donner des rudiments théoriques aux différents enseignants sur les connaissances psychopédagogiques, le management des enfants, la pédagogie du grand groupe, la constitution physique de l’enfant parce qu’il ne faut pas considérer l’enfant comme un adulte diminué ».

Anaya a également ajouté : « Au plan pratique, nous allons donner des fiches pédagogiques qui vont permettre de prendre en charge les enfants tout au long de l’année. Je vous assure que les enseignants ne pourront pas épuiser les fiches pédagogiques que nous allons leur donner ».

Les modules pratiques qui seront dispensés concernent la pratique d’épreuve directe, des séances pédagogiques en groupes avec des enfants en situations réelles, la fabrication de modules et matériels alternatifs développés par l’IAAF.

Selon le secrétaire général de la Confejes, Ali Harouna, cette formation est nécessaire dans la mesure où il faut relancer et dynamiser l’EPS dans les pays de la francophonie «dans la mesure où la discipline est en train d’être négligée malgré tous les avantages ».

« Les études ont prouvé qu’il y a une tendance à l’obésité chez les enfants, un manque de pratique physique avec tout ce que cela a comme conséquence », a relevé Ali Harouna.

Il a aussi relevé que l’EPS a des avantages sur les qualités psychiques, sur les performances scolaires et le civisme parce que les gens ne voient pas les effets.

Avant le début la formation en EPS, les stagiaires ont immortalisé l'évènement avec les membres de la CONFEJES et autorités sportives du Burkina
Avant le début la formation en EPS, les stagiaires ont immortalisé cet acte avec les membres de la CONFEJES et les autorités sportives du Burkina

Le conseiller technique du ministère des sports et loisirs, Maurice Tapsoba, représentant le ministre Yacouba Ouédraogo lors de la cérémonie d’ouverture de ce stage, a relevé que cette session de formation entre en droite ligne avec la politique nationale de sport qui vise à faire de la formation des jeunes talents à l’école primaire, la relève sportive et le levier du développement du sport de haut niveau.

Il a exhorté les stagiaires à s’outiller avec ces nouvelles connaissances. Ce qui contribuera à faire du sport un facteur de paix, de communication et de cohésion sociale.

Ce projet est une initiative de la Confejes en collaboration avec la Conférence des ministres de l’éducation nationale de la francophonie (Confemen) et l’Association Internationale des Fédération d’Athlétisme (IAAF).

publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page