Luc Marius Ibriga : « La philosophie de la transition est en marche »

Il est incontestablement l’un des cerveaux de la rédaction du texte qui régit en ce moment le processus de transition au Burkina Faso: Luc Marius Ibriga. Interrogé à la sortie de la cérémonie de passation des charges entre chef d’État sortant, Isaac Zida et Michel Kafando, nouveau président du Faso, le Pr Luc Marius Ibriga estime avec satisfaction que « la philosophie de la transition est en marche » et qu’il s’agira surtout d’une transition pour refonder la démocratie au Burkina Faso.

La suite après cette publicité

Burkina24 (B24) : Quel est votre sentiment en ce jour où le Président civil du Burkina Faso prend officiellement ses charges de président du Faso ?

Luc Marius Ibriga (L.M.I) : Nous avons des raisons d’être fier en tant que Burkinabè, et surtout de pouvoir constater que la philosophie de la transition est en marche, parce que ce ne sera pas une transition pour préparer des élections, mais pour refonder la démocratie au Burkina Faso.

B24 : Mais est-ce que les grandes décisions annoncées par le nouveau président pour sa prise de fonction vont dans le sens de vos attentes ?

L.M.I : Oui, les grandes décisions vont dans le bon sens, parce que la République ne doit pas oublier ses martyrs et ça c’est un élément important. On nous a pendant des années bassinés avec le monument des héros sans que les héros ne soient jamais installés dans leur demeure. Ici, la décision est ferme et claire.

Il ne faut pas que les Burkinabè oublient les héros et les martyrs de la révolution. Deuxièmement aussi, on voit la lutte contre l’impunité. Et la mise de la justice au pas, qui est clairement affirmée avec la décision de permettre des enquêtes sur la sépulture de Thomas Sankara qui vraiment nous avait mis au banc des pays au plan de la justice où les juges complètement couchés avaient pris une décision inique. Donc je crois que ce sont des décisions qui vont dans le bon sens.

B24 : Certains sont focalisés sur les changements qui doivent être opérés au niveau des textes et des institutions, est-ce que vous vous attendez particulièrement à des réformes durant cette transition ?

L.M.I : Oui, durant cette transition, je me dis qu’il y a beaucoup de travail législatif qui devrait être fait pour poser les fondations d’une véritable démocratie. Il est certain que nous ne pouvons pas ne pas toucher à la constitution. Ce qui a conduit à cette situation doit être remédié : la question de l’article 37.

Nous ne pouvons pas non plus regarder ainsi la loi électorale qui était source d’inégalité par rapport au plafonnement des dépenses de campagne, par rapport aux financements privés des campagnes électorales, par rapport à la question des gadgets électoraux et tout. Autant d’éléments qui méritent d’être vus.

Et en ce qui concerne les médias, le problème des cahiers des charges des médias, que ce soient des médias privés ou publics, est un élément fondamental qu’il faut revoir. Donc il y a un grand chantier et c’est pour cela qu’il y a la commission de la réconciliation nationale et des reformes.

B24 : La société civile est vue en ce moment comme celle qui risque de faire traîner les choses…

L.M.I : En quoi la société civile fait-elle traîner les choses ? En quoi ?

B24 : Ces derniers temps on a assisté à des difficultés au sein de cette société civile pour la désignation de ses représentants au Conseil national de la transition…

Mais vous avez vu que d’autres structures qui sont bien structurées et dont le rôle c’est la politique, ont eu aussi du mal à choisir leurs membres. Tout ce que nous nous voulons c’est que cette désignation se fasse dans la transparence et que la société civile aie des candidats, des représentants crédibles.

C’est ça le problème. Or certains veulent nous ramener derrière, à des pratiques qui datent du système Compaoré. C’est-à-dire des magouilles, aller faire des élections en vase clos et vouloir que ces élections soient validées. Nous disons non !

Propos recueillis par Justin YARGA
Burkina24
publicite


publicite

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Articles similaires

22 commentaires

  1. IBRIGA doit foutre le camp et rapidement c’est un imposteur un traitre de notre peuple il faut lui pourrir la vie et rapidement

  2. Ce faux gars qui ne vise que pour lui m?me. Les ?tidiants le connaissent bien avec sa distribution de 0/20 et il est fier. N’importe quoi. Dr I. retournez ? l’universit? et laissez la politique aux politiciens

  3. Rien n’est facile ,tour accouchement est difficile. Il faut par le dialogue amener ceux qui excite ? voir l’interet superieur du BURKINA FASO.

  4. UN PEU D REPECT POUR L PROFESSEUR.IL A VEILLE DES NUIT ENTI?RE PR KON EN ARIV LA.IL FAUT AUSSI APRENDR A F?LICITE CEUX KI TRAVAIL DUR.VS NAVEZ PA GARDE LES MOTOUNS ENSEMBLE. INTELLECTUELEMA PARLAN IL T FAUDRA DES D?CINIE PR AVOIR L QUART DE SON INTELLECT.APRENEZ A VS INCLINE DEVAN D GRAN HOES

  5. De toute les fa?ons les choses a aucun lieu ne peuvent couler toujours comme de l’eau. Nous avons fait le plus dur et moi je reste optimiste le reste va aboutir et bien le peuple burkinabe a tous les niveaux est un grand peuple et c’est ?a la v?rit? !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  6. M.sow tu etai o? kan il adoptai la charte?le cnt ne saurai ?tre un partage de gato on ne peut pas cmprendre des osc qui sorte de nul part pr reclam? ds post au cnt.

  7. Mr Ibriga vous croyez sinc?rement ? ce que vous avanc?. Le cnt a pour mission d’organiser des ?lections au plus tard novembre 2015 pourquoi s’ inviter ? outre que sa mission? le cnt vien de planifier le d?but de sa d?faite esp?rons que le pire ne nous tombe pas dessus.

  8. Salut braves burkinabe ayons confiance en nous m?me d’abord. Ceux qui sont morts sur le chemin ne le seront pour rien. Laissons ces querelles autour des postes au CNT et au gouvernement concentrons nous pour d?crypter les actions de ceux qui y seront pour qu’au cas o? ils nous trompent qu’on leur donne la racl?e ?quivalente

  9. pour pouvoir aprofondir la democratie il faut d'abord donner la parole aux ames errants et sans repos?vive la justice,vive la vrai democratie et vive ma chere patrie le BURKINA FASO:la patrie ou la mort nous vaincrons.soyons optimiste

  10. Zida dit que la transition, c’est pour organiser les elections et toi, tu dis que c’est pour renforcer la democratie… Qui a raison. Zida va frapper quelqu’un sa c sur….

  11. mw je le croi.on ne peut pa ?lir des gens qi n’ont rien dans leur cv aller si?ger avec des intellectuels. Les groupes qui n’ont pa d’intellectuels se fasse represent?s.c’est un CNT D REFORMES POLITIQUES, JURIDIQUE,CONSTITUTIONNELLE…

  12. mw je le croi.on ne peut pa ?lir des gens qi n’ont rien dans leur cv aller si?ger avec des intellectuels. Les groupes qui n’ont pa d’intellectuels se fasse represent?s.c’est un CNT D REFORMES POLITIQUES, JURIDIQUE,CONSTITUTIONNELLE…

  13. Merci professeur nous sommes tr?s heureux de ta contribution pour l’?dification d’une d?mocratie v?ritable au pays des hommes int?gres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page