Les nouveaux bacheliers du groupe scolaire Guinkouma éclairés sur les orientations universitaires

Choisir la filière qui convient est devenu un casse-tête pour les nouveaux bacheliers dans les universités de Ouagadougou. Pour éclairer ses nouveaux bacheliers, le groupe scolaire Guinkouma/Saint Bruno, en partenariat avec la direction des orientations de l’université de Ouagadougou, a organisé une communication sur les orientations dans les différentes filières des Universités de Ouagadougou et de Ouaga II.

La suite après cette publicité

Avec 67 admis sur un total de près de 80 élèves dont 25 série D et 42 en série A4, le groupe scolaire Guinkouma/Saint Bruno veut accompagner ses élèves dans le choix des filières d’études à l’université.

Pour ce faire, la direction des orientations de l’Université de Ouagadougou a été invitée à donner une communication dans le but d’éclairer les bacheliers dans leur choix.

« L’objectif c’est d’informer les bacheliers sur les possibilités de réussir de bonnes études universitaires. Cela n’est pas évident, nous avons constaté qu’après les examens, les inscriptions des bacheliers à l’université, c’est la croix et la bannière parce qu’ils n’ont pas les informations appropriées », justifie le fondateur, Bruno Bambara.

A cet effet, le directeur des orientations, Enock Zouri, a dans sa communication, après les conseils pratiques pour faire un bon choix, renseigné les uns et les autres sur les services vers lesquels l’on doit se diriger pour les inscriptions.

Quant aux futurs étudiants, eux ont soulevé le problème de retard qui prolonge les années à l’Université de Ouagadougou.

« Effectivement, on est confronté à ce problème à l’Université, mais …il ne faut pas briser sa carrière professionnelle en regardant les circonstances qui t’empêchent d’aller rapidement. Aujourd’hui, c’est une réalité mais ce n’est pas la vérité…C’est mieux de faire ce qu’on a dans le cœur » , conseille le directeur des orientations.

Ernest Zanré, président des parents d’élèves, salue à sa juste valeur cette initiative du fondateur de s’intéresser de l’avenir des élèves. «Il est rare de voir ça », dit-il.

Cette communication semble avoir porté fruit. Seni Alimatou, nouvelle bachelière série A4 a changé d’avis, dit-elle, après la rencontre et opte pour la sociologie au lieu de la communication, son choix du départ.

Revelyn SOME

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page