Burkina : La CPR/MP dément toute accointance de Natama avec les putschistes

La Convergence patriotique pour la renaissance/mouvement progressiste (CPR/MP) a récusé les récentes « allégations » portant à croire que son candidat à l’élection présidentielle, Jean Baptiste Natama aurait soutenu les putschistes et serait même pressenti pour être nommé Premier ministre. C’était au cours d’un point de presse, tenu ce jeudi 1er octobre 2015, à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

« Grossier et lâche mensonge car l’homme fut le premier à condamner le coup de force sur sa page facebook », a indiqué le chargé de l’information et de la communication, porte-parole du parti, Harouna Nathan Natama dans sa déclaration liminaire.

Aussi s’est-il interrogé, « comment comprendre que celui-là même qui a été brimé durant toute sa carrière, qui a subi des exactions du régime Compaoré, peut-il soutenir un coup d’Etat perpétré par les inconditionnels du régime défunt ? ».

Pour Harouna Nathan Natama et ses camarades, ces « allégations » sont la preuve même que les détracteurs «  lui  en veulent pour sa droiture morale, sa probité et son refus de la compromission ».

S’appuyant sur la « série d’acharnement » notamment les fausses accusations, les tentatives d’intimidation, l’instrumentalisation et les atteintes physiques dont sont victimes les proches du candidat Jean Baptiste Natama, la délégation du CRP/MP a dit être convaincue que l’objectifs de leur détracteurs est de « liquider physiquement et politiquement leur candidat à la présidentielle ».

C’est pourquoi, elle en appelle à la veille de l’autorité publique « sur son devoir qu’elle a à protéger les citoyens ».

Selon elle toujours, « il est plus que jamais urgent d’opérer un recadrage de la pratique politique pour la rendre plus civilisée ». Elle poursuit en ajoutant que « ceux qui ont érigé la violence et l’intolérance en règles politiques doivent comprendre que l’heure a sonné pour eux de se reconvertir ou de prendre leur retraite ».

Se prononçant sur l’évolution de la situation politique, la CPR/MP a réaffirmé « sa condamnation d’une prise du pouvoir par les armes ». Elle a aussi félicité l’ensemble du peuple et l’armée républicaine dont la mobilisation et l’engagement patriotique ont permis « le retour de la paix civile ».

Du reste, les représentants du parti ont invité le gouvernement de la transition ainsi que la classe politique, les Organisations de la société civile, les syndicats et les forces de défense et de sécurité, « à privilégier le dialogue franc et constructif ».

« C’est la voie des grands : celle du progrès », ont-ils soutenu.

Mamady Zango (Stagiaire)

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page