Burkina : Le CONASUR sort de l’ombre

Le Secrétariat Permanent du Conseil National de Secours d’Urgence et de Réhabilitation (SP/CONASUR) organise des journées portes ouvertes du 22 au 24 juillet 2016. Une conférence de presse, en prélude à ces journées, a été donnée ce mercredi 20 juillet 2016 à Ouagadougou afin d’annoncer l’évènement et porter à la connaissance du public les activités entrant dans le cadre desdites journées.

La suite après cette publicité

Les catastrophes les plus récurrents au Burkina Faso sont les inondations, les vents violents, les sécheresses, les invasions acridiennes et d’oiseaux granivores, les déplacements des populations liés aux conflits.

Le Secrétariat Permanent du Conseil National de Secours d’Urgence et de Réhabilitation (SP/CONASUR) est l’organe chargé, entre autres, de coordonner les interventions à caractère social et humanitaire en cas de catastrophes, y compris la réhabilitation, de former les acteurs à la prévention et à la gestion des catastrophes et des crises humanitaires, d’assurer l’accueil, l’assistance et la réinsertion socio-économique des personnes déplacées.

Pour le cas spécifique des inondations, depuis l’installation de la saison, 8 300 personnes ont été touchées. Le cas le plus récent,  le notifie secrétaire permanent du CONASUR, Yipénè Florent Bakouan, est Markoye. « Il y a eu une inondation suite aux pluies du 17 au 18 juillet, dit-il. 500 personnes sont affectées. Nous nous sommes dépêchés sur le terrain (…). Nous avons aussi dépêché l’assistance humanitaire pour que ces personnes puissent avoir tout le soutien et tout réconfort. Une grande partie est relogée dans 3 écoles et certains ont rejoint des familles d’accueil ». De façon générale, pour le premier semestre,   48 000 personnes ont été assistées.

Malgré ses nombreuses interventions sur le terrain, dira Yipénè Florent Bakouan, « le secrétariat permanent du CONASUR reste toujours méconnu du grand public et même de certaines institutions publiques, privées et internationales au Burkina Faso ». D’où l’organisation de ces journées portes ouvertes pour accroitre la visibilité de l’institution.

Bakouan Yipénè Florent, secrétaire permanent du CONASUR
Bakouan Yipénè Florent, secrétaire permanent du CONASUR

Cependant, le CONSUR fait face à des difficultés financières et logistiques qui ne sont pas moindres. « Les difficultés sont essentiellement financières, les ressources ne nous permettent pas d’assumer l’ensemble des difficultés ou des catastrophes que nous rencontrons, explique toujours le secrétaire permanent.

Pour une seule localité comme Markoye, pour la seule intervention, la première, nous sommes déjà à 17 millions de F CFA. Le budget est insuffisant. Nos camions ont une moyenne d’âge de 35 à 40 ans.

Ce sont des camions de l’ex-OFSNAR qui ont été rétrocédés en 1985 au  CONASUR et qui consomment actuellement 45 à 50 litres au 100 (…). Sur 9 camions,  nous pouvons seulement passablement envoyer trois sur le terrain alors que nous devons intervenir à tout moment sur le territoire national quand il y a catastrophe ou une crise humanitaire ».

Ces journées seront donc l’occasion, selon le secrétaire, de faire un plaidoyer auprès de l’Etat et ses partenaires afin d’obtenir  et mobiliser davantage de ressources pour  mener à bien sa mission et enfin inciter l’adhésion du public aux mesures de prévention des catastrophes et de crises humanitaires.

Le thème de ces journées vient à propos: « Sortir le SP/ONASUR de l’ombre et mobiliser les partenaires nécessaires à l’exécution de ses missions ».

Entre autres activités au menu de ces journées, une visite des locaux du SP/CONASUR, un cross populaire, des émissions et jeux radiophoniques et une conférence publique.

Pour la réussite de l’évènement, le secrétaire permanent a invité la population à faire le déplacement pour connaître la structure, ses missions et poser leurs préoccupations « pour qu’ensemble nous puissions gérer au mieux les catastrophes et les crises humanitaires », conclut-il.

Revelyn SOME

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page