Ecole normale supérieure de Koudougou : « On assiste à une navigation à vue »

Dans cette déclaration, la délégation générale élue de l’Ecole normale supérieure de Koudougou  se plaint des conditions d’études.

Chers collègues,

La Délégation Générale Elue adresse ses vives félicitations aux stagiaires certifiés et à ceux ayant soutenus leurs mémoires de fin de stage malgré les dures conditions. Aux ajournés et aux promotions toujours en formation, elle leur réitère ses encouragements.

Depuis quelques années, l’Ecole dite Normale Supérieure de l’Université de Koudougou (ENS-UK) traverse une crise structurelle qui s’approfondit d’année en année. Cela se traduit par un manque criard d’infrastructures doublé d’un manque de planification des activités. L’ENS-UK est en effet la seule école de formation qui ne dispose pas de locaux propres à elle.

Elle fonctionne comme un appendice de l’université de Koudougou et subi les caprices de certains  administrateurs et encadreurs dont le souci majeur  est  loin d’assurer une formation de qualité aux stagiaires.

Alors que toutes les écoles de formation disposent d’un calendrier de formation clair, à l’ENS-UK on assiste à une navigation à vue  qui se caractérise par des rentrées tardives dans la plupart des filières ; des retards dans les examens pratiques, les délibérations, la réduction  du volume horaire de certains modules pendant le stage théorique, etc.

Par exemple, la promotion 2013-2015, malgré les nombreux sacrifices consentis pour achever les cours théoriques, n’a été affectée qu’en décembre 2014 pour le stage pratique, et n’a eu ses délibérations qu’après une âpre lutte en fin juillet 2015.

Il en est de même pour la promotion 2014-2016 qui, après d’énormes  sacrifices consentis (prolongation de l’année 2014-2015, réduction du nombre de suivis qui passe de deux à un, retard dans les examens pratiques), est toujours dans l’attente de ses résultats.

Quant à la promotion 2015-2017, elle n’a pu effectuer sa rentrée qu’en décembre 2015 sous fond de crise et peine toujours à terminer son année de stage théorique. Et pis encore, cette promotion demeure sans cartes de stagiaire pourtant exigée par les encadreurs lors des visites et examens finaux.

Les  présalaires sont souvent servis à l’ENS avec un retard et même par moment à l’issue de revendication. Celui du mois de juillet dont les stagiaires sont toujours dans l’attente est fort illustratif. Tout cela témoigne du laxisme de l’administration et de son manque de considération vis-à-vis du stagiaire.

 Chers collègues,

Cet état de fait est lourd de conséquences pour les stagiaires à plus d’un titre. Sur le plan académique, le nombre des ajournements par an place l’ENS au premier rang en termes de taux d’échec au niveau des écoles de formation. Sur le plan de la carrière professionnelle les retards conduisent à une prolongation de la durée de la formation compromettant ainsi irréversiblement le parcours de certains qui se verront bloqués par la suite aux concours professionnels pour des questions d’âge sans compter la perte financière que cela représente.

Cependant, devrions-nous nous coucher tout en nous apitoyant sur notre sort ?

Visiblement non !

Après maintes rencontres avec l’administration de l’ENS-UK au cours desquelles ces épineuses questions (délibérations, présalaire, retard du stage théorique et pratique, la détermination du calendrier académique…) ont été évoquées, celle-ci ne nous a servi que du dilatoire.

Elle est allée même jusqu’à accuser la grève des informaticiens d’être à l’origine du blocage des délibérations ainsi que du présalaire de juillet. Au regard de cette situation, une assemblée générale extraordinaire a été convoquée le jeudi 28 juillet 2016. Celle-ci décida de la tenue d’un sit-in ce vendredi 29 juillet 2016 devant l’administration de l’ENS-UK pour exiger des autorités universitaires :

  • La proclamation sans condition des résultats de fin de formation dans un bref délai;
  • La confection et la mise à disposition des cartes de stagiaires aux bénéficiaires;
  • L’établissement d’un calendrier définissant clairement les vacances et la communication dudit calendrier aux stagiaires ;
  • L’arrêt de l’ajournement anarchique des stagiaires lors des examens pratiques et finaux ;
  • Le respect de la durée de la formation.

Du reste, la délégation générale élue appelle l’ensemble des stagiaires à se mobiliser massivement pour la défense de nos droits. Par ailleurs, elle les invite à rester mobilisés et déterminés, à répondre à tout mot d’ordre que la situation viendrait à imposer.

En avant pour le respect de la durée de notre formation !

Vive les stagiaires !

Vive la Délégation Générale Elue !

Koudougou, le 29 juillet 2016

La Délégation Générale Elue

publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page