Burkina : Fin de visite du Sous-secrétaire général des Nations Unies, Toby Lanzer

Le Sous-secrétaire général des Nations Unies et Coordonnateur humanitaire régional pour le Sahel, Toby Lanzer, vient de terminer une visite de quatre jours au Burkina. Ce jeudi 24 novembre 2016 à Ouagadougou, il était face à la presse. Il a réaffirmé son soutien à l’approche coordonnée entre le gouvernement burkinabè et les acteurs humanitaires et de développement. Toby Lanzer dit tirer des leçons au Burkina et les partagera avec les autres.

La suite après cette publicité

Le Burkina, a reconnu le Sous-secrétaire général des Nations Unies, Toby Lanzer, continue à faire face à des défis complexes liés à plusieurs facteurs concomitants : la fragile stabilité politique, l’insécurité, les changements climatiques, la pauvreté, le manque d’accès à l’eau potable, une forte croissance démographique, l’insécurité alimentaire, etc.

Entre autres chiffres, 625.000 enfants souffrent de malnutrition aiguë dont un tiers sont en état de malnutrition aiguë sévère. Les secteurs identifiés comme étant prioritaires pour aider le pays à ne plus dépendre de l’aide humanitaire, explique le Coordonnateur humanitaire régional pour le Sahel, sont l’éducation (y compris pour les filles), la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la santé sexuelle et reproductive.

Il note des avancées enregistrées par rapport aux indicateurs humanitaires et un travail considérable effectué par les autorités, la société civile, les agences des Nations Unies. « Préoccupé » par la flambée des cas de dengue au Burkina, il a salué la « remarquable capacité de réaction » des acteurs nationaux et encourage la communauté internationale « à rapidement apporter son appui afin d’éviter une crise plus difficile à gérer ».

Le Sous-secrétaire général des Nations Unies et Coordonnateur humanitaire régional pour le Sahel, Toby Lanzer.
Le Sous-secrétaire général des Nations Unies et Coordonnateur humanitaire régional pour le Sahel, Toby Lanzer.

Un potentiel énorme au Burkina…

Durant sa visite, le Sous-secrétaire général des Nations Unies et Coordonnateur humanitaire régional pour le Sahel s’est rendu à Dori pour rencontrer les réfugiés maliens.

« J’invite les bailleurs de fonds et les acteurs humanitaires et de développement à envisager des soutiens sur le moyen et long terme pour les réfugiés maliens et les communautés hôtes.

J’ai été impressionné par la force des hommes et femmes que j’ai rencontrés dans le camp de réfugiés de Dori et par leur volonté de résister à cette crise », a-t-il dit.

Mais il dit reconnaître que la situation sécuritaire au Mali ne permet pas d’envisager même à moyen terme un rapatriement organisé en toute dignité et sécurité des plus de 32.000 réfugiés maliens au Burkina.

Toby Lanzer, au cours de son séjour au Burkina, s’est également entretenu avec le ministre de l’économie, Rosine Coulibaly, le Secrétaire d’Etat chargé des affaires sociales, Ivette Dembélé et des responsables du ministère de la sécurité intérieure. Il s’est réjoui de « l’excellente collaboration » entre les instances officielles, les agences des Nations Unies et les ONG.

« Première conclusion pour moi, c’est qu’il y a vraiment un potentiel énorme dans ce pays. Il y a des autorités qui sont très sérieuses. Mais, j’ai une impression. Il y a une certaine impatience au sein des populations de voir le changement plus rapide…

J’ai tiré des leçons dans votre pays et je les partagerais avec les autres », a laissé entendre le Sous-secrétaire général des Nations Unies qui voit le PNDES (Programme national de développement économique et social) comme un guide pour le futur du Burkina.

Noufou KINDO

Burkina24

publicite


publicite

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page