Ouaga : L’UNFPA chez le Mogho Naaba

1642 0

Mabingue Ngom, directeur régional du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, accompagné par l’Union des religieux et coutumiers du Burkina Faso pour la promotion de la santé et le développement (URCB/SD), était ce mardi 16 janvier 2018 chez le Mogho Naaba.

Mabingue Ngom a expliqué que c’était une visite de courtoisie au Mogho Naaba, pour le féliciter pour son prix du Président Macky Sall pour la paix. « C’est une distinction assez importante qui ne fait que confirmer son leadership, pas seulement au niveau du Burkina Faso, mais au niveau continental et même au niveau global», a-t-il développé.

Il a profité discuter sur des questions de population et de développement. « Nous avons été surpris de sa disposition à accompagner les efforts en cours de l’union des religieux et coutumiers du Burkina Faso en ce qui concerne notre programme de capture de dividende démographique à travers la promotion de la planification familiale, la lutte contre la mortalité maternelle, l’amélioration des conditions de vie des familles », a-t-il précisé.

Mabingue Ngom, directeur régional de l’UNFPA pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre

A l’écouter, pour régler de façon efficace et durable les questions de la démographie, il faut passer par les leaders religieux et coutumiers. « La plupart des problématiques sont ancrées dans certaines pratiques sociales. C’est pour cela l’implication des leaders religieux et coutumiers, qui sont respectés et écoutés, est indispensable », a-t-il fait savoir concernant l’éradication de ces problématiques.

Dr Youssouphe Kientéga, coordonnateur national l’union des religieux et coutumiers du Burkina Faso pour la promotion de la santé et le développement (URCB/SD), estime que pour résoudre certaines politiques, « il est important de les associer parce que ces leaders,  très écoutés, peuvent faire passer le message ».

Lire également :  » Santé de la reproduction : Des religieux et des coutumiers s’engagent »

«Pour atteindre nos objectifs, nous nous basons sur nos textes religieux. La bible pour les   chrétiens et le Coran pour les musulmans, nous puisons dans ces référentiels pour accompagner le gouvernement dans leur politique de développement », a renchéri le Dr Youssouphe Kientéga.

Il a fait comprendre que dans le mois d’avril, il est prévu un forum sous régional, dans le but d’harmoniser les discours et de partager des expériences dans le domaine de la santé et du développement.

Jules César KABORE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre