Burkina : Le syndicat des informaticiens exige l’application de son protocole d’accord

1304 0

Les membres du Syndicat des professionnels des technologies de l’information et de la communication (SYNPTIC) ont tenu un point de presse ce lundi 19 février 2018. Ils appellent le gouvernement au respect de ses engagements concernant l’application de leur protocole d’accord. Le syndicat tient un sit-in devant l’Université de Ouagadougou. Si rien n’est fait à l’issue du sit-in, le SYNPTIC menace d’aller en grève du 26 au 28 février 2018.

Le SYNPTIC dénonce « une mauvaise foi » du gouvernement burkinabè, car 19 mois après les engagements pris, aucun point du protocole d’accord signé le 25 juillet 2016 ne serait encore satisfait.

Selon les termes du protocole, le gouvernement s’est engagé, entre autres, à mettre en place un plan de carrière (reclassement du diplôme d’ingénieur de travaux informatiques en A2), à rétablir et augmenter l’indemnité spéciale pour tous les informaticiens de l’administration publique au plus tard en janvier 2017.

Par ailleurs, le SYNPTIC insiste sur le fait qu’à diplômes égaux pour les informaticiens, les catégories restent différentes. Le bureau national du SYNPTIC dit avoir multiplié les rencontres avec le ministère du développement de l’économie numérique et des postes pour la gestion de ce dossier.

« Pour le cas de l’Université de Ouagadougou, les responsables de l’institution se disent ne pas faire partie de l’administration publique. Ils refusent donc que le décret soit appliqué à leurs informaticiens », a indiqué Salfo Ilboudo, Secrétaire général du SYNPTIC.

Selon lui, « la ministre du développement de l’économie numérique et ses plus proches collaborateurs ont montré leur incapacité à résoudre les problèmes des informaticiens ».

Pour exiger l’application du protocole d’accord, les membres du syndicat sont en sit-in du 19 au 20 février devant la présidence de l’université Ouaga 1. Ils ont par ailleurs annoncé qu’en cas de non satisfaction, le sit-in se poursuivra du 20 au 22 février et sera suivi d’une grève du 26 au 28 février 2018.

Lawali Esther KY (Stagiaire)

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre